Podcasts sur l'histoire

Armes de la Seconde Guerre mondiale - Allemagne

Armes de la Seconde Guerre mondiale - Allemagne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Allemagne

4.7cm PaK(t) (Sf) auf Panzerkampfwagen I Ausf B chasseur de chars
7,5 cm Feldkanone 16 nA
7.5cm leichte Feldkanone/ leFK 18
7.5cm Feldkanone 38
7.5cm Pak40/2 auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II (Sf)/ Marder II
7.62cm PaK36(t) auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II Ausf D
8.8cm Pak43/1 (L/71) auf Fahrgestell Panzerkampfwagen III/IV (Sf)/ Hornisse/ Nashorn
10cm Kanone 17
10,5 cm leFH 18
10.5cm leFH 18M
10,5 cm leFH 18/40
12,8 cm Sf L/61 (Pz Sf V)
15cm Kanone 18
15cm Kanone 39
15cm Kanone (Eisenbahn)
15cm Schwere Feldhaubitz 18
15cm schwere Feldhaubitz 18/40 ou schwere Feldhaubitz 42
15cm schwere Feldhaubitz 36 L/23
15cm schwere Feldhaubitz 37(t)
15cm Schwere Feldhaubitz 40
15cm Schwere Panzerhaubitze auf Fahrgestell Panzerkampfwagen III/IV (Sf) (Hummel)
15cm slG33 auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II (Sf)
15cm sIG33 (Sfl) auf PzKpfw 38(t) ausf H, M/ Grille
17cm Kanone 18
17cm Kanone (Eisenbahn)
20,3 cm Kanone (Eisenbahn)
21cm Kanone 12 (Eisenbahn)
21cm Morser 18
24cm Kanone 3
28cm Kanone 5 (Eisenbahn) - 'schlanke Bertha' (Slim Bertha)
28cm Kurze Bruno Kanone (Eisenbahn)
Lange 28cm Bruno Kanone (Eisenbahn)
28cm Neue Bruno Kanone (Eisenbahn)
28cm schwere Bruno Kanone (Eisenbahn)
35.5cm Haubitze M.1
38cm RW61 auf Sturmmörser Tiger/ Tiger-Mörser/ Sturmmörser
42cm kurze Marinekanon 12 /Gamma-Gerät
80cm Kanone (Eisenbahn)
Arado Ar 65
Arado Ar 66
Arado Ar 67
Arado Ar 96
Arado Ar 198
Arado Ar 234 Blitz
Arado Ar 296
Arado Ar 396
Aufklarungspanzer 38(t) (Sdkfz 140/1)
Bergepanther
Tigre de Bergepanzer (P)
'Big Bertha'/ 42cm kurze Marinekanone 14 L/12 in Räderlafette M-Gerät
Blohm und Voss Bv 138
Blohm und Voss Bv 139
Blohm und Voss Bv 141
Blohm und Voss Bv 142
Blohm und Voss Bv 222
Blohm und Voss Bv 237
Brummbär
Bücker Bü 131 Jungmann
Bücker Bü 133 Jungmeister
Bücker Bü 134
Bücker Bü 180 Étudiant
Bücker Bü 181 Bestmann
Bücker Bü 182 Kornett (Cornet)
Dornier Do 17
Dornier Do 215
Dornier Do 217
Dornier Do 317
'Elefant'/ Panzerjäger Tiger (P) mit 8.8 PaK 42/2 (L/71)/ 'Ferdinand'/
'Ferdinand'/ Panzerjäger Tiger (P) mit 8.8 PaK 42/2 (L/71)/ 'Elefant'
Fieseler Fi 98
Fieseler Fi 156 Storch (Cigogne)
Fieseler Fi 167
Fieseler Fi 256
Fieseler Fi 333
Flakpanzer 38(t) ausf M (SdKfz 140)
Flakpanzer IV/2cm Vierling/ Wirbelwind
Flakpanzer IV/3cm Flakvierling/ Zerstörer 45
Flakpanzer IV/3.7cm FlaK/ Ostwind I
Flakpanzer IV/3.7cm Flakzwilling/ Ostwind II
Flammpanzer 38(t) Hetzer
Flammpanzer II
Focke-Achgelis Fa 223 Drache (Dragon)
Focke-Achgelis Fa 224
Focke-Achgelis Fa 225
Focke-Achgelis Fa 266 Hornisee (frelon)
Focke-Achgelis Fa 269
Focke-Wulf Fw 44 'Stieglitz' (Chardonneret)
Focke-Wulf Fw 56 Stösser (Falcon)
Focke-Wulf Fw 57
Focke-Wulf Fw 58 Weihe (cerf-volant)
Focke-Wulf Fw 187 Falke (Falcon)
Focke-Wulf Fw 189 'Uhu' (Eagle Owl)
Focke-Wulf Fw 190
Focke-Wulf Fw 190 – Conception et prototypes
Focke-Wulf Fw 190 – Record de combat
Focke-Wulf Fw 190A
Focke-Wulf Fw 190B
Focke-Wulf Fw 190C
Focke-Wulf Fw 190D
Focke-Wulf Fw 190E
Focke-Wulf Fw 190F ‘Panzer-Blitz’
Focke-Wulf Fw 190G
Focke-Wulf Fw 190S
Focke-Wulf Fw 191
Focke-Wulf Fw 200 Condor
Focke-Wulf Fw 300
Focke-Wulf Ta 152
Focke-Wulf Ta 152A
Focke-Wulf Ta 152B
Focke-Wulf Ta 152C
Focke-Wulf Ta 152E
Focke-Wulf Ta 152H
Focke-Wulf Ta 152S
Focke-Wulf Ta 153
Focke-Wulf Ta 154 Moskito
Focke-Wulf Ta 183
Focke-Wulf Ta 211
Focke-Wulf Ta 254
Focke-Wulf Ta 283
Focke-Wulf Ta 400
Division Führer-Begleit
Division Führer-Grenadier
Équipement de l'armée allemande, Seconde Guerre mondiale
Geschutzwagen Tiger für 17cm K72 (Sf), fourrure 21cm Mrs 18/1 (Sf) et fourrure 30,5cm GrW Sf 1-606/9
Grille/ 15cm sIG33 (Sfl) auf PzKpfw 38(t) ausf H, M
Grossdeutschland
Heinkel He 45
Heinkel He 46
Heinkel He 49
Heinkel He 50
Heinkel He 51
Heinkel He 52
Heinkel He 59
Heinkel He 60
Heinkel He 66
Heinkel He 111
Heinkel He 114
Heinkel He 115
Heinkel He 162 Spatz
Heinkel He 170
Heinkel He 177 Greif (Griffon)
Heinkel He 177 Greif (Peter Antill)
Heinkel He 178
Heinkel He 219
Heinkel He 274
Heinkel He 277
Heinkel He 280
Henschel Hs 117 'Schmetterling'
Henschel Hs 122
Henschel Hs 123
Henschel Hs 126
Henschel Hs 128
Henschel Hs 129
Henschel Hs 130
Henschel Hs 296
Henschel Hs 297
Formation Hermann Göring : du détachement de police au Panzer Corps
Hetzer/Jagdpanzer 38(t)
Hornisse/ Nashorn / 8.8cm Pak43/1 (L/71) auf Fahrgestell Panzerkampfwagen III/IV (Sf)
Hummel (bourdon)
Jagdpanther
Jagdpanzer 38(t) Hetzer
Jagdpanzer IV
Jagdtiger/ Jagdpanzer VI
Junkers JU 52/3M
Junkers Ju 60
Junkers Ju 86
Junkers JU 87, 'Stuka'
Junkers Ju 88
Junkers Ju 89
Junkers Ju 90
Junkers Ju 160
Junkers Ju 186
Junkers Ju 188
Junkers Ju 252
Junkers Ju 286
Junkers Ju 287
Junkers Ju 288
Junkers Ju 290
Junkers Ju 322 Mammut (Mammouth)
Junkers Ju 352 Herkules
Junkers Ju 388
Junkers Ju 390
Junkers Ju 488
Kleiner Panzerbefehlswagen I (Sd Kfz 265)
Kugelblitz/ Leichter Flakpanzer IV (3cm)
Leichte Feldhaubitze 18/2 auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II (Sf)/ Wespe
Leichter Flakpanzer IV (3cm) Kugelblitz
'Léopard'/ VK30.01(P) (Porsche Typ 100)
Luchs (Lynx)/ Panzerkampfwagen II Ausf L/ VK1303
Marder II/ 7.5cm Pak40/2 auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II (Sf)
Marder III/ Panzerjager 38(t) fourrure 7.5cm PAK 40, ausf H (SdKfz 138)
Marder III/ Panzerjager 38(t) fourrure 7.5cm PAK 40, ausf M (SdKfz 138)
Marder III/ Panzerjager 38(t) fourrure 7.62cm PAK 36(r) (SdKfz 139)
Messerschmitt Bf 109
Messerschmitt Bf 110
Messerschmitt moi 210
Messerschmitt Moi 262
Messerschmitt Me 310
Messerschmitt Me 410
Möbelwagen/ 3.7cm FlaK auf Fahrgestell Panzerkampfwagen IV (Sf)
Munitionsfahrzeug 38(t)
Nashorn / 8.8cm Pak43/1 (L/71) auf Fahrgestell Panzerkampfwagen III/IV (Sf)/ Hornisse
Ostwind I/ Flakpanzer IV/3.7cm FlaK
Ostwind II/ Flakpanzer IV/ 3,7 cm Flakzwilling
Char moyen Panther
Panthère II
Panthère Ostwallturm
Char léger Panzer I
Char léger Panzer II
Char moyen Panzer III
Char moyen Panzer IV
Panzer IV/70 (A)
Panzer IV/70 (V)
Panzer V Panthère
Panzerbefehlswagen III Ausf D1 (Sd Kfz 267, 268)
Panzerbefehlswagen III Ausf E
Panzerbefehlswagen III Ausf H
Panzerbefehlswagen III Ausf J/ Panzerbefehlswagen mit 5cm KwK L/42
Panzerbefehlswagen III Ausf K/ Panzerbefehlswagen mit 5cm KwK39 L/60
Panzerbefehlswagen IV
Panzerbefehlswagen Panther Sd Kfz 267
Panzerbefehlswagen Panther Sd Kfz 268 'Flivo'
Panzerbeobachtungswagen IV
Panzerbeobachtungswagen Panther
Panzer-Bergegerät (Panther I)/ Bergepanther
Panzergrenadier-Division Kurmark
Panzerjäger I
Panzerjager 38(t) fourrure 7.5cm PAK 40, ausf H (SdKfz 138, Marder III)
Panzerjager 38(t) fourrure 7.5cm PAK 40, ausf M (SdKfz 138, Marder III)
Panzerjager 38(t) fourrure 7.62cm PAK 36(r) (SdKfz 139, Marder III)
Panzerjäger 39
Panzerjäger Tiger (P) mit 8.8 PaK 42/2 (L/71)/ 'Ferdinand'/ 'Elefant'
Panzerkampfwagen 35(t)
Panzerkampfwagen 38(t)
Panzerkampfwagen 38(t) neuer Art Recon Tank
Panzerkampfwagen I Ausf A
Panzerkampfwagen I Ausf B
Panzerkampfwagen II Ausf a/1. a/2 et a/3
Panzerkampfwagen II Ausf b
Panzerkampfwagen II Ausf c
Panzerkampfwagen II Ausf A, B et C
Panzerkampfwagen II Ausf D et Ausf E
Panzerkampfwagen II Ausf F
Panzerkampfwagen II Ausf L/ Luchs (Lynx)/ VK1303
Panzerkampfwagen III en tant que Tauchpanzer
Panzerkampfwagen III Ausf A
Panzerkampfwagen III Ausf B
Panzerkampfwagen III Ausf C
Panzerkampfwagen III Ausf D
Panzerkampfwagen III Ausf E
Panzerkampfwagen III Ausf F
Panzerkampfwagen III Ausf G
Panzarhampfwagen III Ausf H
Panzerkampfwagen III Ausf J (5cm KwK L/42)
Panzerkampfwagen III Ausf J (5cm KwK39 L/60)
Panzerkampfwagen III Ausf L
Panzerkampfwagen III Ausf M
Panzerkampfwagen III Ausf N
Panzerkampfwagen III (Fl)
Panzerhampfwagen IV en tant que Tauchpanzer
Panzerkampfwagen IV Ausf A
Panzerkampfwagen IV Ausf B
Panzerkampfwagen IV Ausf C
Panzerkampfwagen IV Ausf D
Panzerkampfwagen IV Ausf E
Panzerkampfwagen IV Ausf F
Panzerkampfwagen IV Ausf F2
Panzerkampfwagen IV Ausf G
Panzerkampfwagen IV Ausf H
Panzerkampfwagen IV Ausf J
Panzerkampfwagen V Panther Ausf D
Panzerkampfwagen V Panther Ausf A
Panzerkampfwagen V Panther Ausf G
Panzerkampfwagen V Panther Ausf F
Panzerkampfwagen VI Tiger I Ausf E
Char lourd Panzerkampfwagen Neubaufahrzeuge
Division Panzer Lehr
Panzer Selbstfahrlafette I für 7.62cm PaK36(r) auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II Ausf D
Porsche Typ 100/ VK30.01(P) 'Léopard'
Porsche Typ 101/ VK45.01(P) Tigre (P)
Porsche type 102
Porsche Typ 180/ VK 45.02 (P)/ Tiger P2
Schwere 10cm Kanone 18
Siebel Si 201
Numéros Sonderkraftfahrzeug ou Sd.Kfz
StuG III/ Sturmgeschütz III
StuG III Ausf.A
StuG III Ausf.B
StuG III Ausf.C
StuG III Ausf.D
StuG III Ausf.E
StuG III Ausf.F
StuG III Ausf.F8
StuG III Ausf.G
StuG IV
Stuka, Junkers JU 87
Sturmhaubitze/ StuH
Sturmmörser/ 38cm RW61 auf Sturmmörser Tiger/ Tiger-Mörser
Sturmpanzer IV
Tauchpanzer IV
Tigre I Panzerkampfwagen VI Ausf E
Tigre (P) /VK 45.01 (P)/Porsche Type 101
Char de combat principal (MBT) Tiger II (KingTiger)
Tiger P2/ Porsche Typ 180/ VK 45.02 (P)
Tiger-Mörser/ Sturmmörser/ 38cm RW61 auf Sturmmörser Tiger
VK30.01(H) (Panzerkampfwagen VI)
VK30.01(P) 'Léopard' (Porsche Typ 100)
VK36.01(H) (Panzerkampfwagen VI)
VK 45.01 (P)/ Porsche Typ 101/ Tigre (P)
VK 45.02 (P)/ Porsche Typ 180/ Tiger P2
Wespe/ Leichte Feldhaubitze 18/2 auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II (Sf)
Wirbelwind/ Flakpanzer IV/2cm Vierling
Zerstörer 45/ Flakpanzer IV/3cm Flakvierling


Les mythes grecs anciens sur Hercule empoisonnant ses flèches avec le venin du monstre Hydra sont les premières références aux armes toxiques dans la littérature occidentale. les épopées d'Homère, les Iliade et le Odyssée, font allusion aux flèches empoisonnées utilisées par les deux camps dans la légendaire guerre de Troie (Grèce de l'âge du bronze). [1]

Certaines des premières références survivantes à la guerre toxique apparaissent dans les épopées indiennes Ramayana et Mahabharata. [2] Les "Lois de Manu", un traité hindou sur l'art de gouverner (vers 400 av. J.-C.) interdit l'utilisation de flèches empoisonnées et de feu, mais conseille d'empoisonner la nourriture et l'eau. "Arthashastra" de Kautilya, un manuel d'artisanat de la même époque, contient des centaines de recettes pour créer des armes empoisonnées, des fumées toxiques et d'autres armes chimiques. Les historiens de la Grèce antique racontent qu'Alexandre le Grand a rencontré des flèches empoisonnées et des incendies incendiaires en Inde dans le bassin de l'Indus au 4ème siècle avant JC. [1]

Les fumées d'arsenic étaient connues des Chinois dès c. 1000 avant JC [3] et "L'Art de la guerre" de Sun Tzu (vers 200 avant JC) conseille l'utilisation d'armes à feu. Au IIe siècle av. J.-C., des écrits de la secte mohiste en Chine décrivent l'utilisation de soufflets pour pomper la fumée de boules de plantes et de légumes toxiques en feu dans des tunnels creusés par une armée assiégeante. D'autres écrits chinois datant de la même période contiennent des centaines de recettes pour la production de fumées toxiques ou irritantes à utiliser pendant la guerre ainsi que de nombreux récits de leur utilisation. Ces récits décrivent un "brouillard de chasse aux âmes" contenant de l'arsenic et l'utilisation de chaux finement divisée dispersée dans l'air pour réprimer une révolte paysanne en 178 après JC. [ citation requise ]

La première utilisation enregistrée de la guerre du gaz en Occident remonte au cinquième siècle avant JC, pendant la guerre du Péloponnèse entre Athènes et Sparte. Les forces spartiates assiégeant une ville athénienne ont placé un mélange allumé de bois, de poix et de soufre sous les murs dans l'espoir que la fumée nocive neutraliserait les Athéniens, afin qu'ils ne puissent pas résister à l'assaut qui a suivi. Sparte n'était pas la seule à utiliser des tactiques non conventionnelles dans la Grèce antique. Solon d'Athènes aurait utilisé des racines d'hellébore pour empoisonner l'eau d'un aqueduc partant de la rivière Pleistos vers 590 avant JC pendant le siège de Kirrha. [1]

Les premières preuves archéologiques de la guerre du gaz remontent aux guerres romano-persanes. Les recherches menées sur les tunnels effondrés de Dura-Europos en Syrie suggèrent que lors du siège de la ville au IIIe siècle après JC, les Sassanides utilisaient du bitume et des cristaux de soufre pour la faire brûler. Une fois enflammés, les matériaux ont dégagé des nuages ​​​​denses de gaz de dioxyde de soufre étouffants qui ont tué 19 soldats romains et un seul Sassanide, censé être l'incendie, en l'espace de deux minutes. [4] [5] [6] [7]

La chaux vive (l'ancien nom de l'oxyde de calcium) a peut-être été utilisée dans la guerre navale médiévale - jusqu'à l'utilisation de "mortiers à la chaux" pour la lancer sur les navires ennemis. [8] L'historien et philosophe David Hume, dans son histoire d'Angleterre, raconte comment sous le règne d'Henri III (r.1216 – 1272) la marine anglaise détruisit une flotte française d'invasion, en aveuglant la flotte ennemie avec de la chaux vive. D'Albiney employa contre eux un stratagème qui aurait contribué à la victoire : ayant gagné le vent des Français, il s'abattit sur eux avec violence et gaza une grande quantité de chaux vive, qu'il emporta exprès à bord, il les a tellement aveuglés, qu'ils ont été incapables de se défendre. [9]

À la fin du XVe siècle, les conquistadors espagnols ont rencontré un type rudimentaire de guerre chimique sur l'île d'Hispaniola. Les Taíno ont lancé des gourdes remplies de cendres et de piments forts moulus sur les Espagnols pour créer un écran de fumée aveuglant avant de lancer leur attaque. [dix]

Léonard de Vinci a proposé l'utilisation d'une poudre de sulfure, d'arsenic et de vert-de-gris au XVe siècle :

jeter du poison sous forme de poudre sur les galères. De la craie, du fin sulfure d'arsenic et de la poudre de verdegris peuvent être jetés parmi les navires ennemis au moyen de petits mangonels, et tous ceux qui, en respirant, inhalent la poudre dans leurs poumons, s'asphyxieront.

On ne sait pas si cette poudre a été réellement utilisée.

Au XVIIe siècle, lors des sièges, les armées ont tenté d'allumer des incendies en lançant des obus incendiaires remplis de soufre, de suif, de colophane, de térébenthine, de salpêtre et/ou d'antimoine. Même lorsque les incendies n'étaient pas allumés, la fumée et les vapeurs qui en résultaient offraient une distraction considérable. Bien que leur fonction principale n'ait jamais été abandonnée, une variété de remplissages pour obus ont été développés pour maximiser les effets de la fumée.

En 1672, lors de son siège de la ville de Groningue, Christoph Bernhard von Galen, l'évêque de Münster, a utilisé plusieurs engins explosifs et incendiaires, dont certains étaient remplis de morelle mortelle, destinés à produire des fumées toxiques. À peine trois ans plus tard, le 27 août 1675, les Français et le Saint Empire romain germanique concluent l'Accord de Strasbourg, qui comprend un article interdisant l'utilisation d'engins toxiques « perfides et odieux ». [ citation requise ]

La notion moderne de guerre chimique a émergé du milieu du XIXe siècle, avec le développement de la chimie moderne et des industries associées. La première proposition moderne enregistrée pour l'utilisation de la guerre chimique a été faite par Lyon Playfair, secrétaire du Département des sciences et des arts, en 1854 pendant la guerre de Crimée. Il a proposé un obus d'artillerie au cyanure de cacodyle à utiliser contre les navires ennemis comme moyen de résoudre l'impasse pendant le siège de Sébastopol. La proposition a été soutenue par l'amiral Thomas Cochrane de la Royal Navy. Il a été considéré par le Premier ministre, Lord Palmerston, mais le British Ordnance Department a rejeté la proposition comme « un mode de guerre aussi mauvais que d'empoisonner les puits de l'ennemi ». La réponse de Playfair a été utilisée pour justifier la guerre chimique au siècle suivant : [11]

Cette objection n'avait aucun sens. Il est considéré comme un mode de guerre légitime de remplir des obus avec du métal en fusion qui se disperse parmi l'ennemi et produit les modes de mort les plus effrayants. Pourquoi une vapeur empoisonnée qui tuerait les hommes sans souffrance doit être considérée comme une guerre illégitime est incompréhensible. La guerre est une destruction, et plus elle peut être destructrice avec le moins de souffrances, plus tôt sera mis fin à cette méthode barbare de protection des droits nationaux. Nul doute qu'avec le temps la chimie sera utilisée pour atténuer les souffrances des combattants, et même des criminels condamnés à mort.

Plus tard, pendant la guerre de Sécession, l'enseignant de l'école new-yorkaise John Doughty a proposé l'utilisation offensive du chlore gazeux, délivré en remplissant un obus d'artillerie de 10 pouces (254 millimètres) avec deux à trois quarts (1,89 à 2,84 litres) de chlore liquide, qui pourrait produire plusieurs pieds cubes de chlore gazeux. Le plan de Doughty n'a apparemment jamais été mis à exécution, car il a probablement été [12] présenté au général de brigade James Wolfe Ripley, chef de l'artillerie. [ éclaircissements nécessaires ]

Une préoccupation générale concernant l'utilisation de gaz toxiques se manifeste en 1899 à la Conférence de La Haye avec une proposition interdisant les obus remplis de gaz asphyxiant.La proposition a été adoptée, malgré un seul vote dissident des États-Unis. Le représentant américain, le capitaine de vaisseau Alfred Thayer Mahan, a justifié son vote contre la mesure au motif que "l'inventivité des Américains ne devrait pas être restreinte dans le développement de nouvelles armes". [13]

La Déclaration de La Haye de 1899 et la Convention de La Haye de 1907 interdisaient l'utilisation d'"armes empoisonnées ou empoisonnées" dans la guerre, mais plus de 124 000 tonnes de gaz ont été produites à la fin de la Première Guerre mondiale.

Les Français ont été les premiers à utiliser des armes chimiques pendant la Première Guerre mondiale, en utilisant les gaz lacrymogènes bromoacétate d'éthyle et chloroacétone. Ils n'avaient probablement pas réalisé que les effets pouvaient être plus graves en temps de guerre que dans le contrôle des émeutes. Il est également probable que leur utilisation de gaz lacrymogène s'est transformée en utilisation de gaz toxiques. [14]

L'une des premières utilisations allemandes d'armes chimiques a eu lieu le 27 octobre 1914, lorsque des obus contenant l'irritant chlorosulfonate de dianisidine ont été tirés sur les troupes britanniques près de Neuve-Chapelle, en France. [3] L'Allemagne a utilisé un autre irritant, le bromure de xylyle, dans des obus d'artillerie tirés en janvier 1915 sur les Russes près de Bolimów, dans l'actuelle Pologne. [15] Le premier déploiement à grande échelle d'agents de guerre chimique mortels pendant la Première Guerre mondiale a eu lieu lors de la deuxième bataille d'Ypres, le 22 avril 1915, lorsque les Allemands ont attaqué les troupes françaises, canadiennes et algériennes avec du chlore gazeux. [16] [17] [18]

Au total, 50 965 tonnes d'agents pulmonaires, lacrymogènes et vésicants ont été déployés par les deux camps du conflit, notamment du chlore, du phosgène et du gaz moutarde. Les chiffres officiels font état d'environ 1,3 million de victimes directement causées par des agents de guerre chimique au cours de la guerre. Parmi ceux-ci, environ 100 000 à 260 000 victimes étaient des civils. Les villes civiles voisines étaient menacées par les vents soufflant les gaz toxiques. Les civils avaient rarement mis en place un système d'alerte pour alerter leurs voisins du danger. En plus de systèmes d'alerte médiocres, les civils n'avaient souvent pas accès à des masques à gaz efficaces. [18] [19] [20]

Des munitions chimiques datant de la Première Guerre mondiale sont toujours trouvées, non explosées, sur d'anciens sites de combat, de stockage ou d'essai et constituent une menace permanente pour les habitants de la Belgique, de la France et d'autres pays. [21] Le Camp American University, où les armes chimiques américaines ont été développées et enterrées plus tard, a subi 20 ans d'efforts de remédiation. [22] [23]

Après la guerre, la méthode la plus courante d'élimination des armes chimiques consistait à les jeter dans le grand plan d'eau le plus proche. [24] Jusqu'à 65 000 tonnes d'agents de guerre chimique peuvent avoir été déversés dans la seule mer Baltique. Les agents déversés dans cette mer comprenaient le gaz moutarde, le phosgène, la lewisite (β-chlorovinyldichloroarsine), l'adamsite (diphénylaminechloroarsine), Clark I (diphénylchloroarsine) et Clark II (diphénylcyanoarsine). [25] [26] [27] Au fil du temps, les conteneurs se corrodent et les produits chimiques se sont échappés. Sur le fond marin, à basse température, le gaz moutarde a tendance à former des grumeaux dans une « peau » de sous-produits chimiques. Ces grumeaux peuvent se jeter sur le rivage, où ils ressemblent à des morceaux d'argile jaunâtre cireuse. Ils sont extrêmement toxiques, mais les effets peuvent ne pas être immédiatement apparents. [24]

Entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, des agents chimiques ont parfois été utilisés pour soumettre les populations et réprimer la rébellion.

Le gouvernement soviétique de Lénine a utilisé des gaz toxiques en 1921 pendant la rébellion de Tambov. Un ordre signé par les commandants militaires Toukhatchevski et Vladimir Antonov-Ovseyenko stipulait : « Les forêts où se cachent les bandits doivent être nettoyées à l'aide de gaz toxiques. Cela doit être soigneusement calculé, afin que la couche de gaz pénètre dans les forêts et tue tout le monde s'y cache." [28] [29]

En 1925, 16 des principales nations du monde ont signé le Protocole de Genève, s'engageant ainsi à ne plus jamais utiliser de gaz dans la guerre. Notamment, alors que la délégation des États-Unis sous autorité présidentielle a signé le Protocole.

Utilisation alléguée par les Britanniques en Mésopotamie Modifier

Il a été allégué que les Britanniques ont utilisé des armes chimiques en Mésopotamie pendant la révolte irakienne de 1920. Noam Chomsky a affirmé que Winston Churchill à l'époque était passionné par les armes chimiques, suggérant qu'elles soient utilisées "contre les Arabes récalcitrants à titre expérimental", et qu'il déclaré être "fortement en faveur de l'utilisation de gaz empoisonné contre les tribus non civilisées". [30] [31]

Selon certains historiens, dont Geoff Simons et Charles Townshend, les Britanniques ont utilisé des armes chimiques dans le conflit [32] [33] tandis que selon Lawrence James et Niall Ferguson, les armes ont été acceptées par Churchill mais n'ont finalement pas été utilisées [34] [35 ] RM Douglas de l'Université Colgate a également observé que la déclaration de Churchill avait servi à convaincre les observateurs de l'existence d'armes de destruction massive qui n'étaient pas réellement là. [36]

L'usage de l'espagnol au Maroc Modifier

Les forces combinées espagnoles et françaises ont largué des bombes à gaz moutarde contre des rebelles et des civils berbères pendant la guerre du Rif au Maroc espagnol (1921-1927). Ces attaques ont marqué le premier emploi généralisé de la guerre des gaz dans l'ère de l'après-guerre. [37] L'armée espagnole a utilisé indistinctement le phosgène, le diphosgène, la chloropicrine et le gaz moutarde contre les populations civiles, les marchés et les rivières. [38] [39] En dépit d'avoir signé le Protocole de Genève en 1925, l'Espagne a continué à utiliser des armes chimiques pendant les deux années suivantes. [39]

Dans un télégramme envoyé par le haut-commissaire du Maroc espagnol Dámaso Berenguer le 12 août 1921 au ministre espagnol de la Guerre, Berenguer déclara : , et de leur conduite perfide et trompeuse, je dois les utiliser avec une vraie joie." [40]

Selon le général d'aviation militaire Hidalgo de Cisneros dans son livre autobiographique Cambio de rumbo, [41] il a été le premier combattant à larguer une bombe à gaz moutarde de 100 kilogrammes de son avion Farman F60 Goliath à l'été 1924. [42] Environ 127 chasseurs et bombardiers ont volé pendant la campagne, larguant environ 1 680 bombes chaque jour. [43] Les bombes à gaz moutarde ont été apportées des stocks d'Allemagne et livrées à Melilla avant d'être transportées sur des avions Farman F60 Goliath. [44] L'historien Juan Pando a été le seul historien espagnol à avoir confirmé l'usage du gaz moutarde à partir de 1923. [40] Journal espagnol La Correspondance d'Espagne publié un article intitulé Cartas de un soldado (Lettres d'un soldat) le 16 août 1923 qui soutenait l'utilisation du gaz moutarde. [45]

Les armes chimiques utilisées dans la région sont la principale raison de l'apparition généralisée du cancer dans la population. [46] En 2007, le parti catalan de la gauche républicaine (Esquerra Republicana de Catalunya) a adopté un projet de loi au Congrès des députés espagnol demandant à l'Espagne de reconnaître l'utilisation « systématique » d'armes chimiques contre la population des montagnes du Rif [47] cependant, le projet de loi a été rejeté par 33 voix du Parti travailliste socialiste au pouvoir et du Parti populaire de droite de l'opposition. [48]

Usage italien en Libye et en Éthiopie Modifier

En violation du Protocole de Genève, [49] l'Italie a utilisé du gaz moutarde et d'autres « mesures horribles » contre les forces Senussi en Libye (voir Pacification de la Libye, colonisation italienne de la Libye). [50] Le gaz empoisonné a été utilisé contre les Libyens dès janvier 1928 [49] Les Italiens ont largué du gaz moutarde de l'air. [51]

À partir d'octobre 1935 et au cours des mois suivants, l'Italie fasciste a utilisé du gaz moutarde contre les Éthiopiens pendant la deuxième guerre italo-abyssinienne en violation du Protocole de Genève. Le général italien Rodolfo Graziani a d'abord ordonné l'utilisation d'armes chimiques à Gorrahei contre les forces de Ras Nasibu. [52] Benito Mussolini a personnellement autorisé Graziani à utiliser des armes chimiques. [53] Les armes chimiques larguées par des avions de guerre « se sont avérées très efficaces » et ont été utilisées « à grande échelle contre les civils et les troupes, ainsi que pour contaminer les champs et les réserves d'eau ». [54] L'un des bombardements chimiques les plus intenses de l'armée de l'air italienne en Éthiopie s'est produit en février et mars 1936, bien que « la guerre des gaz se soit poursuivie, avec une intensité variable, jusqu'en mars 1939 ». [53] J. F. C. Fuller, présent en Éthiopie pendant le conflit, a déclaré que le gaz moutarde « était le facteur tactique décisif dans la guerre ». [55] Certains estiment que jusqu'à un tiers des victimes éthiopiennes de la guerre ont été causées par des armes chimiques. [56]

Le déploiement de gaz moutarde par les Italiens a suscité des critiques internationales. [52] [55] En avril 1936, le Premier ministre britannique Stanley Baldwin déclara au Parlement : « Si une grande nation européenne, bien qu'ayant donné sa signature au Protocole de Genève contre l'utilisation de tels gaz, les emploie en Afrique, quelle garantie avons-nous qu'ils ne peuvent pas être utilisés en Europe?" [55] [57] Mussolini a d'abord nié l'utilisation d'armes chimiques plus tard, Mussolini et le gouvernement italien ont cherché à justifier leur utilisation comme représailles légales pour les atrocités éthiopiennes. [52] [53] [55]

Après la libération de l'Éthiopie en 1941, l'Éthiopie a cherché à plusieurs reprises mais sans succès à poursuivre les criminels de guerre italiens. Les puissances alliées ont exclu l'Éthiopie de la Commission des Nations Unies sur les crimes de guerre (créée en 1942) parce que les Britanniques craignaient que l'Éthiopie ne cherche à poursuivre Pietro Badoglio, qui avait ordonné l'utilisation de gaz chimiques lors de la deuxième guerre italo-abyssinienne, mais plus tard « est devenu un précieux allié contre les puissances de l'Axe" après la chute du régime fasciste de Mussolini et, après la montée de la République sociale italienne, l'Italie est devenue un co-belligérant des Alliés. [52] En 1946, les Éthiopiens sous Haile Selassie ont de nouveau cherché « à poursuivre les hauts fonctionnaires italiens qui avaient sanctionné l'utilisation d'armes chimiques et avaient omis d'autres crimes de guerre tels que la torture et l'exécution de prisonniers et de citoyens éthiopiens pendant la guerre italo-éthiopienne ». [52] Ces tentatives ont échoué, en grande partie parce que la Grande-Bretagne et les États-Unis voulaient éviter de s'aliéner le gouvernement italien à une époque où l'Italie était considérée comme la clé pour contenir l'Union soviétique. [52]

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement italien a nié que l'Italie ait jamais utilisé des armes chimiques en Afrique. Ce n'est qu'en 1995 que l'Italie a officiellement reconnu qu'elle avait utilisé des armes chimiques dans les guerres coloniales. [58]

Agents nerveux Modifier

Peu de temps après la fin de la Première Guerre mondiale, l'état-major allemand a poursuivi avec enthousiasme la reconquête de sa position prééminente dans la guerre chimique. En 1923, Hans von Seeckt montra la voie en suggérant que la recherche allemande sur les gaz toxiques s'oriente vers la livraison par avion à l'appui de la guerre mobile. Toujours en 1923, à la demande de l'armée allemande, l'expert en gaz toxiques, le Dr Hugo Stoltzenberg, négocia avec l'URSS la construction d'une immense usine d'armes chimiques à Trotsk, sur la Volga.

La collaboration entre l'Allemagne et l'URSS dans le domaine des gaz toxiques s'est poursuivie par intermittence tout au long des années 1920. En 1924, des officiers allemands ont débattu de l'utilisation de gaz toxiques par rapport à des armes chimiques non létales contre des civils.

La guerre chimique a été révolutionnée par la découverte par l'Allemagne nazie des agents neurotoxiques tabun (en 1937) et sarin (en 1939) par Gerhard Schrader, un chimiste d'IG Farben.

IG Farben était le premier fabricant allemand de gaz toxiques pendant la Seconde Guerre mondiale, de sorte que la militarisation de ces agents ne peut pas être considérée comme accidentelle. [59] Les deux ont été remis au Bureau des armes de l'armée allemande avant le déclenchement de la guerre.

L'agent neurotoxique soman a ensuite été découvert par le lauréat du prix Nobel Richard Kuhn et son collaborateur Konrad Henkel à l'Institut Kaiser Wilhelm de recherche médicale à Heidelberg au printemps 1944. [60] [61] Les Allemands ont développé et fabriqué de grandes quantités de plusieurs agents, mais la guerre chimique n'a pas été largement utilisée par les deux parties. Des troupes chimiques ont été mises en place (en Allemagne depuis 1934) et la technologie de livraison a été activement développée.

Armée impériale japonaise Modifier

Malgré la déclaration de La Haye de 1899 IV, 2 – Déclaration relative à l'emploi des projectiles ayant pour objet la diffusion de gaz asphyxiants ou délétères, [62] Article 23 (a) de la Convention de La Haye de 1907 IV – Les lois et coutumes de la guerre sur terre, [63] et une résolution adoptée contre le Japon par la Société des Nations le 14 mai 1938, l'armée impériale japonaise a fréquemment utilisé des armes chimiques. Par crainte de représailles, cependant, ces armes n'ont jamais été utilisées contre des Occidentaux, mais contre d'autres Asiatiques jugés "inférieurs" par la propagande impériale. Selon les historiens Yoshiaki Yoshimi et Kentaro Awaya, les armes à gaz, telles que les gaz lacrymogènes, n'ont été utilisées que sporadiquement en 1937, mais au début de 1938, l'armée impériale japonaise a commencé à utiliser à grande échelle le gaz pour éternuements et nausées (rouge), et à partir du milieu de l'année. 1939, a utilisé du gaz moutarde (jaune) contre les troupes du Kuomintang et de la Chine communiste. [64]

Selon les historiens Yoshiaki Yoshimi et Seiya Matsuno, les armes chimiques étaient autorisées par des ordres précis donnés par l'empereur Hirohito lui-même, transmis par le chef d'état-major de l'armée. Par exemple, l'Empereur a autorisé l'utilisation de gaz toxiques à 375 occasions distinctes lors de la bataille de Wuhan d'août à octobre 1938. [65] Ils ont également été abondamment utilisés lors de l'invasion de Changde. Ces ordres ont été transmis soit par le prince Kan'in Kotohito, soit par le général Hajime Sugiyama. [66] L'armée impériale japonaise avait utilisé du gaz moutarde et l'agent blister développé par les États-Unis (CWS-1918) lewisite contre les troupes et les guérilleros chinois. Des expériences impliquant des armes chimiques ont été menées sur des prisonniers vivants (Unité 731 et Unité 516).

Les Japonais portaient également des armes chimiques alors qu'ils traversaient l'Asie du Sud-Est en direction de l'Australie. Certains de ces objets ont été capturés et analysés par les Alliés. L'historien Geoff Plunkett a enregistré comment l'Australie a importé secrètement 1 000 000 d'armes chimiques du Royaume-Uni à partir de 1942 et les a stockées dans de nombreux dépôts de stockage à travers le pays, dont trois tunnels dans les Blue Mountains à l'ouest de Sydney. Ils devaient être utilisés comme mesure de représailles si les Japonais utilisaient d'abord des armes chimiques. [67] Des armes chimiques enterrées ont été récupérées à Marrangaroo et Columboola. [68] [69]

Allemagne nazie Modifier

Pendant l'Holocauste, un génocide perpétré par l'Allemagne nazie, des millions de Juifs, de Slaves et d'autres victimes ont été gazés avec du monoxyde de carbone et du cyanure d'hydrogène (y compris du Zyklon B). [70] [71] Cela reste l'utilisation la plus meurtrière de gaz toxique dans l'histoire. [70] Néanmoins, les nazis n'ont pas largement utilisé d'armes chimiques au combat, [70] [71] du moins pas contre les Alliés occidentaux, [72] malgré le maintien d'un programme actif d'armes chimiques dans lequel les nazis ont utilisé les prisonniers des camps de concentration comme force travail pour fabriquer secrètement du tabun, un gaz neurotoxique, et expérimente sur les victimes des camps de concentration pour tester les effets du gaz. [70] Otto Ambros de IG Farben était un expert en armes chimiques pour les nazis. [70] [73]

La décision des nazis d'éviter l'utilisation d'armes chimiques sur le champ de bataille a été diversement attribuée au manque de capacité technique du programme allemand d'armes chimiques et aux craintes que les Alliés ripostent avec leurs propres armes chimiques. [72] Il a également été supposé qu'il est né des expériences personnelles d'Adolf Hitler en tant que soldat dans l'armée du Kaiser pendant la Première Guerre mondiale, où il a été gazé par les troupes britanniques en 1918. [74] Après la bataille de Stalingrad, Joseph Goebbels, Robert Ley et Martin Bormann ont exhorté Hitler à approuver l'utilisation du tabun et d'autres armes chimiques pour ralentir l'avance soviétique. Lors d'une réunion en mai 1943 à Wolf's Lair, cependant, Ambros a dit à Hitler que l'Allemagne avait stocké 45 000 tonnes de gaz chimique, mais que les Alliés en avaient probablement beaucoup plus. Hitler a répondu en quittant soudainement la pièce et en ordonnant de doubler la production de tabun et de sarin, mais "craignant qu'un officier voyou ne les utilise et ne déclenche des représailles alliées, il a ordonné qu'aucune arme chimique ne soit transportée sur le front russe". [70] Après l'invasion alliée de l'Italie, les Allemands se sont rapidement déplacés pour retirer ou détruire les stocks d'armes chimiques allemands et italiens, « pour la même raison qu'Hitler avait ordonné leur retrait du front russe - ils craignaient que les commandants locaux n'utilisent eux et déclencher des représailles chimiques alliées. [70]

Stanley P. Lovell, directeur adjoint de la recherche et du développement du Bureau des services stratégiques, rapporte dans son livre Des espions et des stratagèmes que les Alliés savaient que les Allemands disposaient de quantités de gaz Blau pour la défense du mur de l'Atlantique. L'utilisation de gaz neurotoxiques sur la tête de pont de Normandie aurait sérieusement entravé les Alliés et aurait peut-être fait échouer complètement l'invasion. Il a posé la question « Pourquoi le gaz neurotoxique n'a-t-il pas été utilisé en Normandie ? » à demander à Hermann Göring lors de son interrogatoire après la fin de la guerre. Göring a répondu que la raison en était que la Wehrmacht dépendait du transport hippomobile pour acheminer les fournitures à ses unités de combat, et n'avait jamais été en mesure de concevoir un masque à gaz que les chevaux pourraient tolérer les versions qu'ils ont développées ne laisseraient pas passer assez d'air pur pour permettre au chevaux pour tirer une charrette. Ainsi, le gaz n'était d'aucune utilité pour l'armée allemande dans la plupart des conditions. [75]

Les nazis ont utilisé des armes chimiques au combat à plusieurs reprises le long de la mer Noire, notamment à Sébastopol, où ils ont utilisé de la fumée toxique pour forcer les résistants russes à sortir des cavernes sous la ville, en violation du protocole de Genève de 1925. [76] Les nazis ont également utilisé du gaz asphyxiant dans les catacombes d'Odessa en novembre 1941, après leur capture de la ville, et fin mai 1942 lors de la bataille de la péninsule de Kertch dans l'est de la Crimée. [76] Victor Israelyan, un ambassadeur soviétique, a rapporté que ce dernier incident a été perpétré par les forces chimiques de la Wehrmacht et organisé par un détail spécial des troupes SS avec l'aide d'un bataillon d'ingénieurs de terrain. Le général des forces chimiques Ochsner rapporta au commandement allemand en juin 1942 qu'une unité chimique avait pris part à la bataille. [77] Après la bataille de la mi-mai 1942, environ 3 000 soldats de l'Armée rouge et civils soviétiques non évacués par la mer ont été assiégés dans une série de grottes et de tunnels dans la carrière voisine d'Adzhimushkay. Après avoir résisté pendant environ trois mois, « du gaz empoisonné a été libéré dans les tunnels, tuant presque une vingtaine de défenseurs soviétiques ». [78] Des milliers de personnes tuées autour d'Adzhimushkay ont été documentées comme ayant été tuées par asphyxie au gaz. [77]

En février 1943, les troupes allemandes stationnées au Kouban reçurent un télégramme : « Les Russes devraient finalement être évacués de la chaîne de montagnes avec du gaz. [79] Les troupes ont également reçu deux wagons d'antidotes à toxines. [79]

Alliés occidentaux Modifier

Les Alliés occidentaux n'ont pas utilisé d'armes chimiques pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Britanniques prévoyaient d'utiliser du gaz moutarde et du phosgène pour aider à repousser une invasion allemande en 1940-1941 [80] [81] et s'il y avait eu une invasion, ils l'auraient peut-être également déployé contre les villes allemandes.[82] Le général Alan Brooke, commandant en chef, Home Forces, à la tête des préparatifs britanniques anti-invasion de la Seconde Guerre mondiale a déclaré qu'il ". avait bien l'intention d'utiliser du gaz moutarde pulvérisé sur les plages" dans une annotation dans son journal. [83] Les Britanniques fabriquaient de la moutarde, du chlore, de la lewisite, du phosgène et du Paris Green et les stockaient dans les aérodromes et les dépôts pour être utilisés sur les plages. [82]

Le stock de gaz moutarde a été agrandi en 1942-1943 pour une utilisation possible par le RAF Bomber Command contre les villes allemandes, et en 1944 pour une éventuelle utilisation de représailles si les forces allemandes utilisaient des armes chimiques contre le débarquement du jour J. [80]

Winston Churchill, le Premier ministre britannique, a publié un mémorandum préconisant une frappe chimique sur les villes allemandes en utilisant des gaz toxiques et peut-être de l'anthrax. Bien que l'idée ait été rejetée, elle a provoqué un débat. [84] En juillet 1944, craignant que les attaques à la roquette sur Londres ne s'aggravent, et affirmant qu'il n'utiliserait des armes chimiques que si c'était « la vie ou la mort pour nous » ou « raccourcirait la guerre d'un an », [85] Churchill a écrit un mémorandum secret demandant à ses chefs militaires de « réfléchir très sérieusement à cette question de l'utilisation de gaz toxiques ». Il a déclaré " qu'il est absurde de considérer la moralité sur ce sujet alors que tout le monde l'a utilisé dans la dernière guerre sans un mot de plainte. "

L'état-major de planification interarmées a cependant déconseillé l'utilisation du gaz car cela provoquerait inévitablement des représailles de l'Allemagne avec du gaz. Ils ont fait valoir que ce serait au détriment des Alliés en France à la fois pour des raisons militaires et parce que cela pourrait « altérer gravement nos relations avec la population civile lorsqu'il est devenu généralement connu que la guerre chimique a été utilisée pour la première fois par nous ». [86]

En 1945, le Chemical Warfare Service de l'armée américaine a standardisé les roquettes de guerre chimique améliorées destinées aux nouveaux lanceurs M9 et M9A1 "Bazooka", en adoptant la M26 Gas Rocket, une ogive remplie de chlorure de cyanogène (CK) pour le lance-roquettes de 2,36 pouces. [87] CK, un agent sanguin mortel, était capable de pénétrer les barrières filtrantes protectrices de certains masques à gaz, [88] et était considéré comme un agent efficace contre les forces japonaises (en particulier celles qui se cachaient dans des grottes ou des bunkers), dont les masques à gaz manquaient les imprégnants qui assureraient une protection contre la réaction chimique de la CK. [87] [89] [90] Pendant qu'elle était stockée dans l'inventaire américain, la fusée CK n'a jamais été déployée ou délivrée au personnel de combat. [87]

Libération accidentelle Modifier

Dans la nuit du 2 décembre 1943, des bombardiers allemands Ju 88 attaquèrent le port de Bari dans le sud de l'Italie, coulant plusieurs navires américains, dont le SS John Harvey, qui transportait du gaz moutarde destiné à être utilisé en représailles par les Alliés si les forces allemandes lançaient une guerre des gaz. La présence du gaz était hautement classifiée, et les autorités à terre n'en avaient aucune connaissance, ce qui augmentait le nombre de décès puisque les médecins, qui n'avaient aucune idée qu'ils avaient affaire aux effets du gaz moutarde, prescrivaient des traitements inappropriés aux personnes exposées. et immersion.

Toute l'affaire a été tenue secrète à l'époque et pendant de nombreuses années après la guerre. Selon le compte militaire américain, « soixante-neuf décès ont été attribués en tout ou en partie au gaz moutarde, la plupart étant des marins marchands américains » [91] sur 628 victimes militaires du gaz moutarde. [92]

Le grand nombre de victimes civiles parmi la population italienne n'a pas été enregistré. Une partie de la confusion et de la controverse découle du fait que l'attaque allemande était en elle-même hautement destructrice et mortelle, en dehors des effets supplémentaires accidentels du gaz (l'attaque a été surnommée "Le petit Pearl Harbor"), et l'attribution des causes de décès entre le gaz et d'autres causes est loin d'être facile. [93] [94]

Rick Atkinson, dans son livre Le jour de la bataille, décrit les renseignements qui ont incité les dirigeants alliés à déployer du gaz moutarde en Italie. Cela comprenait des renseignements italiens selon lesquels Adolf Hitler avait menacé d'utiliser du gaz contre l'Italie si l'État changeait de camp, et des interrogatoires de prisonniers de guerre suggérant que des préparatifs étaient en cours pour utiliser un « nouveau gaz extrêmement puissant » si la guerre tournait de manière décisive contre l'Allemagne. Atkinson conclut: "Aucun commandant en 1943 ne pouvait être cavalier au sujet d'une menace manifeste par l'Allemagne d'utiliser du gaz."

Après la Seconde Guerre mondiale, les Alliés ont récupéré des obus d'artillerie allemands contenant les trois agents neurotoxiques allemands de l'époque (tabun, sarin et soman), ce qui a incité tous les anciens Alliés à poursuivre leurs recherches sur les agents neurotoxiques.

Bien que la menace d'une guerre thermonucléaire mondiale était au premier plan dans l'esprit de la plupart pendant la guerre froide, les gouvernements soviétique et occidental ont consacré d'énormes ressources au développement d'armes chimiques et biologiques.

Grande-Bretagne Modifier

À la fin des années 1940 et au début des années 1950, la recherche britannique sur les armes chimiques d'après-guerre était basée à l'installation de Porton Down. La recherche visait à fournir à la Grande-Bretagne les moyens de se doter d'une capacité moderne basée sur les agents neurotoxiques et de développer des moyens de défense spécifiques contre ces agents.

Ranajit Ghosh, un chimiste des laboratoires de protection des plantes de l'Imperial Chemical Industries, enquêtait sur une classe de composés organophosphorés (esters organophosphorés d'aminoéthanethiols substitués), [95] pour une utilisation comme pesticide. En 1954, ICI met l'un d'eux sur le marché sous le nom commercial Amiton. Il a ensuite été retiré, car il était trop toxique pour une utilisation sûre.

La toxicité n'est pas passée inaperçue et des échantillons ont été envoyés au centre de recherche de Porton Down pour évaluation. Une fois l'évaluation terminée, plusieurs membres de cette classe de composés ont été développés en un nouveau groupe d'agents neurotoxiques beaucoup plus mortels, les agents V. Le plus connu d'entre eux est probablement VX, attribué au UK Rainbow Code Possum violet, avec le Russe V-Agent arrivant en deuxième position (Amton est largement oublié en tant que VG). [96]

Sur le plan défensif, il y a eu des années de travail difficile pour développer les moyens de prophylaxie, de thérapie, de détection et d'identification rapides, de décontamination et de protection plus efficace du corps contre les agents neurotoxiques, capables d'exercer des effets à travers la peau, les yeux et les voies respiratoires. .

Des tests ont été effectués sur des militaires pour déterminer les effets des agents neurotoxiques sur des sujets humains, avec un décès enregistré en raison d'une expérience de gaz neurotoxique. Il y a eu des allégations persistantes d'expérimentation humaine contraire à l'éthique à Porton Down, telles que celles relatives à la mort de l'aviateur en chef Ronald Maddison, âgé de 20 ans, en 1953. Maddison participait à des tests de toxicité des agents neurotoxiques sarin. Sarin a coulé sur son bras et il est décédé peu de temps après. [97]

Dans les années 1950, le Chemical Defense Experimental Establishment s'est impliqué dans le développement du CS, un agent anti-émeute, et a joué un rôle de plus en plus important dans les travaux de traumatologie et de balistique des plaies. Ces deux facettes du travail de Porton Down étaient devenues plus importantes en raison de la situation en Irlande du Nord. [98]

Au début des années 1950, des agents neurotoxiques tels que le sarin ont été produits - environ 20 tonnes ont été fabriquées de 1954 à 1956. Le CDE Nancekuke était une importante usine de stockage d'armes chimiques. De petites quantités de VX y ont été produites, principalement à des fins d'essais en laboratoire, mais aussi pour valider les conceptions d'usines et optimiser les processus chimiques pour une production de masse potentielle. Cependant, la production de masse à grande échelle de l'agent VX n'a ​​jamais eu lieu, avec la décision de 1956 de mettre fin au programme offensif d'armes chimiques du Royaume-Uni. [99] À la fin des années 1950, l'usine de production d'armes chimiques de Nancekuke a été mise en veilleuse, mais a été maintenue pendant les années 1960 et 1970 dans un état où la production d'armes chimiques pouvait facilement reprendre si nécessaire. [99]

États-Unis Modifier

En 1952, l'armée américaine a breveté un procédé pour la "Préparation de la ricine toxique", en publiant une méthode de production de cette puissante toxine. En 1958, le gouvernement britannique a échangé sa technologie VX avec les États-Unis en échange d'informations sur les armes thermonucléaires. En 1961, les États-Unis produisaient de grandes quantités de VX et effectuaient leurs propres recherches sur les agents neurotoxiques. Cette recherche a produit au moins trois autres agents. Les quatre agents (VE, VG, VM, VX) sont collectivement connus sous le nom de classe d'agents neurotoxiques "Série V".

Entre 1951 et 1969, Dugway Proving Ground a été le site de tests pour divers agents chimiques et biologiques, y compris un test de dissémination aérodynamique en plein air en 1968 qui a accidentellement tué, dans les fermes voisines, environ 6 400 moutons par un agent neurotoxique non spécifié. [100]

De 1962 à 1973, le ministère de la Défense a planifié 134 tests dans le cadre du projet 112, un « programme de test de vulnérabilité » d'armes chimiques et biologiques. En 2002, le Pentagone a admis pour la première fois que certains des tests utilisaient de véritables armes chimiques et biologiques, et pas seulement des simulateurs inoffensifs. [101]

Plus précisément dans le cadre du projet SHAD, 37 tests secrets ont été menés en Californie, en Alaska, en Floride, à Hawaï, dans le Maryland et en Utah. Les essais terrestres en Alaska et à Hawaï ont utilisé des obus d'artillerie remplis de sarin et de VX, tandis que les essais de la Marine au large des côtes de la Floride, de la Californie et d'Hawaï ont testé la capacité des navires et de l'équipage à fonctionner dans des conditions de guerre biologique et chimique, à l'insu de l'équipage. Le nom de code pour les tests en mer était Project Shipboard Hazard and Defense - "SHAD" en abrégé. [101]

En octobre 2002, le sous-comité du personnel des forces armées du Sénat a tenu des auditions lorsque la nouvelle controversée a éclaté selon laquelle des agents chimiques avaient été testés sur des milliers de militaires américains. Les audiences étaient présidées par le sénateur Max Cleland, ancien administrateur de VA et vétéran de la guerre du Vietnam.

Standardisation de la protection respiratoire chimique aux États-Unis

En décembre 2001, le département américain de la Santé et des Services sociaux, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) et le National Personal Protective Technology Laboratory (NPPTL), ainsi que l'armée américaine Le Research, Development and Engineering Command (RDECOM), le Edgewood Chemical and Biological Center (ECBC) et le National Institute of Standards and Technology (NIST) du département du Commerce des États-Unis ont publié la première des six normes de performance technique et procédures de test conçues pour évaluer et certifier les respirateurs destinés à être utilisés par les intervenants d'urgence civils en cas de rejet d'armes chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires, de détonation ou d'incident terroriste.

À ce jour, le NIOSH/NPPTL a publié six nouvelles normes de performance des respirateurs basées sur une approche à plusieurs niveaux qui s'appuie sur la politique de certification des respirateurs industriels traditionnels, les exigences de performance des respirateurs d'intervention d'urgence de nouvelle génération et les exigences spéciales de test des agents de guerre chimique sous tension des classes de respirateurs identifiés pour offrent une protection respiratoire contre les risques d'inhalation d'agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN). Ces respirateurs CBRN sont communément appelés appareils respiratoires autonomes à circuit ouvert (ARA CBRN), respirateur à épuration d'air (APR CBRN), respirateur d'évacuation à épuration d'air (APER CBRN), respirateur d'évacuation autonome (CBRN SCER) et - ou des respirateurs à épuration d'air motorisé bien ajustés (PAPR CBRN).

Union soviétique Modifier

Il y a eu des rapports d'armes chimiques utilisées pendant la guerre soviéto-afghane, parfois contre des civils. [102] [103]

En raison du secret du gouvernement de l'Union soviétique, très peu d'informations étaient disponibles sur la direction et les progrès des armes chimiques soviétiques jusqu'à relativement récemment. Après la chute de l'Union soviétique, le chimiste russe Vil Mirzayanov a publié des articles révélant des expérimentations illégales d'armes chimiques en Russie.

En 1993, Mirzayanov a été emprisonné et licencié de son poste à l'Institut national de recherche en chimie organique et technologie, où il avait travaillé pendant 26 ans. En mars 1994, après une importante campagne menée par des scientifiques américains en sa faveur, Mirzayanov a été libéré. [104]

Parmi les informations rapportées par Vil Mirzayanov figurait la direction de la recherche soviétique sur le développement d'agents neurotoxiques encore plus toxiques, qui a connu l'essentiel de son succès au milieu des années 1980. Plusieurs agents hautement toxiques ont été développés au cours de cette période. La seule information non classifiée concernant ces agents est qu'ils ne sont connus dans la littérature publique que sous le nom d'agents « foliants » (du nom du programme sous lequel ils ont été développés) et par diverses désignations de code, telles que A-230 et A-232. [105]

Selon Mirzayanov, les Soviétiques ont également développé des armes plus sûres à manipuler, ce qui a conduit au développement d'armes binaires, dans lesquelles les précurseurs des agents neurotoxiques sont mélangés dans une munition pour produire l'agent juste avant son utilisation. Les précurseurs étant généralement nettement moins dangereux que les agents eux-mêmes, cette technique simplifie considérablement la manipulation et le transport des munitions.

De plus, les précurseurs des agents sont généralement beaucoup plus faciles à stabiliser que les agents eux-mêmes, cette technique a donc également permis d'augmenter considérablement la durée de conservation des agents. Au cours des années 1980 et 1990, des versions binaires de plusieurs agents soviétiques ont été développées et désignées agents « Novichok » (d'après le mot russe pour « nouveau venu »). [106] Avec Lev Fedorov, il a raconté l'histoire secrète de Novichok exposée dans le journal Les nouvelles de Moscou. [107]

Yémen du Nord Modifier

La première attaque de la guerre civile au Yémen du Nord a eu lieu le 8 juin 1963 contre Kawma, un village d'environ 100 habitants au nord du Yémen, tuant environ sept personnes et endommageant les yeux et les poumons de 25 autres. Cet incident est considéré comme expérimental et les bombes ont été décrites comme « faites maison, amateur et relativement inefficaces ». Les autorités égyptiennes ont suggéré que les incidents signalés étaient probablement dus au napalm et non au gaz.

Il n'y a eu aucun rapport de gaz en 1964, et seulement quelques-uns ont été signalés en 1965. Les rapports sont devenus plus fréquents à la fin de 1966. Le 11 décembre 1966, quinze bombes à gaz ont tué deux personnes et en ont blessé trente-cinq. Le 5 janvier 1967, la plus grande attaque au gaz est survenue contre le village de Kitaf, faisant 270 victimes, dont 140 morts. La cible était peut-être le prince Hassan bin Yahya, qui avait installé son quartier général à proximité. Le gouvernement égyptien a nié avoir utilisé des gaz toxiques et a allégué que la Grande-Bretagne et les États-Unis utilisaient les rapports comme une guerre psychologique contre l'Égypte. Le 12 février 1967, il a déclaré qu'il accueillerait favorablement une enquête de l'ONU. Le 1er mars, U Thant, alors secrétaire général des Nations unies, s'est dit « impuissant » à traiter cette affaire.

Le 10 mai 1967, les villages jumeaux de Gahar et Gadafa dans le Wadi Hirran, où le prince Mohamed bin Mohsin commandait, ont été bombardés au gaz, tuant au moins soixante-quinze. La Croix-Rouge a été alertée et le 2 juin 1967, elle a publié une déclaration à Genève exprimant son inquiétude. L'Institut de médecine légale de l'Université de Berne a déclaré, sur la base d'un rapport de la Croix-Rouge, que le gaz était probablement des dérivés halogénés – phosgène, gaz moutarde, lewisite, chlorure ou bromure de cyanogène.

Guerre de la brousse rhodésienne Modifier

Les preuves indiquent un programme rhodésien top secret dans les années 1970 pour utiliser des pesticides organophosphorés et des rodenticides de métaux lourds pour contaminer les vêtements ainsi que les aliments et les boissons. Les articles contaminés ont été secrètement introduits dans les chaînes d'approvisionnement des insurgés. Des centaines de morts parmi les insurgés ont été signalés, bien que le nombre réel de morts ait probablement dépassé les 1 000. [108]

Angola Modifier

Au cours de l'intervention cubaine en Angola, les toxicologues des Nations Unies ont certifié que des résidus d'agents neurotoxiques VX et sarin avaient été découverts dans les plantes, l'eau et le sol où des unités cubaines menaient des opérations contre les insurgés de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA). [109] En 1985, l'UNITA a fait la première de plusieurs affirmations selon lesquelles ses forces étaient la cible d'armes chimiques, en particulier d'organophosphates. L'année suivante, des guérilleros ont signalé avoir été bombardés par un agent jaune verdâtre non identifié à trois reprises. Selon la durée et l'intensité de l'exposition, les victimes souffraient de cécité ou de décès. On a également observé que la toxine avait tué la vie végétale. [110] Peu de temps après, l'UNITA a également aperçu des frappes menées avec un agent brun qui, selon elle, ressemblait à du gaz moutarde. [111] Dès 1984, une équipe de recherche dépêchée par l'Université de Gand avait examiné des patients dans les hôpitaux de campagne de l'UNITA montrant des signes d'exposition à des agents neurotoxiques, bien qu'elle n'ait trouvé aucune preuve de gaz moutarde. [112]

L'ONU a d'abord accusé Cuba de déployer des armes chimiques contre des civils et des partisans angolais en 1988. [109] Wouter Basson a révélé plus tard que les renseignements militaires sud-africains avaient depuis longtemps vérifié l'utilisation d'armes chimiques non identifiées sur le sol angolais, ce qui devait donner l'impulsion à leur propre programme de guerre biologique, Project Coast. [109] Pendant la bataille de Cuito Cuanavale, les troupes sud-africaines combattant alors en Angola ont reçu des masques à gaz et ont reçu l'ordre de répéter des exercices d'armes chimiques. Bien que le statut de son propre programme d'armes chimiques soit resté incertain, l'Afrique du Sud a également bombardé de manière trompeuse des unités cubaines et angolaises avec de la fumée colorée dans le but de provoquer l'hystérie ou la panique de masse. [111] Selon le ministre de la Défense Magnus Malan, cela obligerait les Cubains à partager l'inconvénient d'avoir à prendre des mesures préventives telles que l'enfilage de combinaisons NBC, ce qui réduirait de moitié l'efficacité au combat. La tactique a été efficace : à partir du début de 1988, les unités cubaines postées en Angola ont reçu un équipement de protection complet en prévision d'une frappe chimique sud-africaine. [111]

Le 29 octobre 1988, des membres du personnel attaché à la 59 brigade angolaise, accompagnés de six conseillers militaires soviétiques, ont déclaré avoir été frappés par des armes chimiques sur les rives de la rivière Mianei. [113] L'attaque s'est produite peu après une heure de l'après-midi. Quatre soldats angolais ont perdu connaissance tandis que les autres se sont plaints de violents maux de tête et de nausées. En novembre, le représentant angolais à l'ONU a accusé l'Afrique du Sud d'avoir utilisé pour la première fois du gaz toxique près de Cuito Cuanavale. [113]

Guerre des Malouines Modifier

Techniquement, l'emploi signalé de gaz lacrymogène par les forces argentines lors de l'invasion des îles Falkland en 1982 constitue une guerre chimique. [114] Cependant, les grenades lacrymogènes ont été utilisées comme armes non létales pour éviter les pertes britanniques. Les bâtiments de la caserne sur lesquels les armes ont été utilisées se sont avérés de toute façon déserts. Les Britanniques prétendent que plus meurtrières, mais légalement justifiables car elles ne sont pas considérées comme des armes chimiques en vertu de la Convention sur les armes chimiques, des grenades au phosphore blanc ont été utilisées. [115]

Raids frontaliers vietnamiens en Thaïlande Modifier

Il existe des preuves suggérant que les troupes vietnamiennes ont utilisé du gaz phosgène contre les forces de résistance cambodgiennes en Thaïlande lors de l'offensive de la saison sèche 1984-1985 à la frontière thaï-cambodgienne. [116] [117] [118]

Guerre Iran-Irak Modifier

Les armes chimiques employées par Saddam Hussein ont tué et blessé de nombreux Iraniens et Kurdes irakiens. Selon des documents irakiens, l'aide au développement d'armes chimiques a été obtenue auprès d'entreprises de nombreux pays, dont les États-Unis, l'Allemagne de l'Ouest, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la France. [119]

Environ 100 000 soldats iraniens ont été victimes des attaques chimiques de l'Irak. Beaucoup ont été touchés par le gaz moutarde. L'estimation officielle n'inclut pas la population civile contaminée dans les villes limitrophes ni les enfants et proches des anciens combattants, dont beaucoup ont développé des complications sanguines, pulmonaires et cutanées, selon l'Organisation des anciens combattants. Des agents de gaz neurotoxiques ont immédiatement tué environ 20 000 soldats iraniens, selon les rapports officiels. Sur les 80 000 survivants, quelque 5 000 consultent régulièrement et environ 1 000 sont toujours hospitalisés pour des problèmes de santé chroniques graves. [120] [121] [122]

Selon le Police étrangère, les « Irakiens ont utilisé du gaz moutarde et du sarin avant quatre offensives majeures au début de 1988 qui s'appuyaient sur des images satellites, des cartes et d'autres renseignements américains. preuves d'attaques chimiques irakiennes à partir de 1983. [123] [124]

Halabja Modifier

En mars 1988, la ville kurde irakienne d'Halabja a été exposée à de multiples agents chimiques largués d'avions de guerre, "pouvant avoir inclus du gaz moutarde, des agents neurotoxiques sarin, tabun et VX et peut-être du cyanure". [125] Entre 3 200 et 5 000 personnes ont été tuées et entre 7 000 et 10 000 ont été blessées. [125] Certains rapports ont indiqué que les trois quarts d'entre eux étaient des femmes et des enfants. [125] La prépondérance de la preuve indique que l'Irak était responsable de l'attaque. [125]

Guerre du Golfe Persique Modifier

La position officielle de longue date du département américain de la Défense et de la Central Intelligence Agency est que les forces irakiennes sous Saddam Hussein n'ont pas utilisé d'armes chimiques pendant la guerre du golfe Persique en 1991. Dans un mémorandum en 1994 aux anciens combattants de la guerre, le secrétaire à la Défense William J. Perry et Le général John M. Shalikashvili, président des chefs d'état-major interarmées, a écrit qu'« il n'y a aucune preuve, classifiée ou non, qui indique que des armes chimiques ou biologiques ont été utilisées dans le golfe Persique ». [126]

Cependant, l'expert en armes chimiques Jonathan B. Tucker, écrivant dans le Examen de la non-prolifération en 1997, a déterminé que bien que « [l]'absence de blessures chimiques graves ou de décès parmi les forces de la coalition indique clairement qu'aucun grande échelle l'emploi d'armes chimiques par l'Irak s'est produit », un ensemble de « preuves circonstancielles provenant de diverses sources suggèrent que l'Irak a déployé des armes chimiques sur le théâtre d'opérations du Koweït (KTO) – la zone comprenant le Koweït et l'Irak au sud du 31e parallèle, où le sol la guerre a été menée et engagée dans une guerre chimique sporadique contre les forces de la coalition.

D'autres sources de preuves d'une guerre chimique irakienne sporadique incluent les rapports des services de renseignement américains sur la présence d'armes chimiques irakiennes dans les entrées du journal militaire de la KTO décrivant la découverte par des unités américaines de munitions chimiques dans des bunkers irakiens pendant et après les incidents de guerre terrestre au cours desquels les troupes ont signalé symptômes d'exposition à des produits chimiques toxiques et détections crédibles d'agents de guerre chimique par les forces tchèques, françaises et américaines. [126]

Des agents neurotoxiques (en particulier, le tabun, le sarin et la cyclosarine) et des agents vésicants (en particulier, la moutarde au soufre et la lewisite) ont été détectés sur des sites irakiens. [126]

La menace elle-même d'une guerre du gaz a eu un effet majeur sur Israël, qui ne faisait pas partie des forces de la coalition dirigée par les États-Unis. Israël a été attaqué avec 39 missiles Scud, dont la plupart ont été renversés dans les airs au-dessus de leurs cibles par des missiles Patriot développés par Raytheon avec Israël et fournis par les États-Unis. Les sirènes ont averti des attaques environ 10 minutes avant leur arrivée prévue, et les Israéliens ont enfilé des masques à gaz et sont entrés dans des pièces « sûres » scellées, sur une période de 5 semaines. Les bébés ont reçu des berceaux spéciaux sans gaz, et les hommes religieux ont reçu des masques à gaz qui leur ont permis de préserver leur barbe. [127] [128] [129]

En 2014, des enregistrements des archives de Saddam Hussein ont révélé que Saddam avait donné l'ordre d'utiliser du gaz contre Israël en dernier recours si ses communications militaires avec l'armée étaient coupées. [130]

En 2015 Le New York Times a publié un article sur le rapport déclassifié de l'opération Avarice en 2005 dans lequel plus de 400 armes chimiques, dont de nombreuses roquettes et missiles de la période de la guerre Iran-Irak, ont été récupérées puis détruites par la CIA. [131] De nombreux autres stocks, estimés par l'UNSCOM jusqu'à 600 tonnes métriques d'armes chimiques, étaient connus pour avoir existé et même admis par le régime de Saddam, mais ils prétendaient avoir été détruits. Ceux-ci n'ont jamais été retrouvés mais on pense qu'ils existent toujours. [132] [133]

Guerre d'Irak Modifier

Au cours de l'opération Iraqi Freedom, les militaires américains qui ont démoli ou manipulé des munitions explosives plus anciennes peuvent avoir été exposés à des agents blister (agent moutarde) ou à des agents neurotoxiques (sarin). [134] Selon Le New York Times, « Au total, les troupes américaines ont secrètement déclaré avoir trouvé environ 5 000 ogives chimiques, obus ou bombes aériennes, selon des entretiens avec des dizaines de participants, des responsables irakiens et américains, et des documents de renseignement fortement expurgés obtenus en vertu de la Freedom of Information Act. [135] Parmi ceux-ci, plus de 2 400 roquettes à agents neurotoxiques ont été trouvées à l'été 2006 au Camp Taji, un ancien complexe de la Garde républicaine irakienne. "Ces armes ne faisaient pas partie d'un arsenal actif" "elles étaient des vestiges d'un programme irakien dans les années 1980 pendant la guerre Iran-Irak". [135]

Guerre civile syrienne Modifier

Du sarin, de l'agent moutarde et du chlore gazeux ont été utilisés pendant le conflit. De nombreuses victimes ont entraîné une réaction internationale, en particulier les attentats de la Ghouta de 2013. Une mission d'enquête de l'ONU a été chargée d'enquêter sur les allégations d'attaques aux armes chimiques. Dans quatre cas, les inspecteurs de l'ONU ont confirmé l'utilisation de gaz sarin. [136] En août 2016, un rapport confidentiel des Nations Unies et de l'OIAC a explicitement accusé l'armée syrienne de Bachar al-Assad d'avoir largué des armes chimiques (bombes au chlore) sur les villes de Talmenes en avril 2014 et Sarmin en mars 2015 et ISIS pour avoir utilisé de la moutarde au soufre dans la ville de Marea en août 2015. [137] En 2016, le groupe rebelle Jaysh al-Islam avait utilisé du chlore gazeux ou d'autres agents contre des milices kurdes et des civils dans le quartier Sheikh Maqsood d'Alep. [138]

De nombreux pays, dont les États-Unis et l'Union européenne, ont accusé le gouvernement syrien de mener plusieurs attaques chimiques. À la suite des attentats de la Ghouta de 2013 et de la pression internationale, la Syrie a adhéré à la Convention sur les armes chimiques et la destruction des armes chimiques syriennes a commencé. En 2015, la mission de l'ONU a révélé des traces non déclarées de composés de sarin [ contesté - discuter ] dans un "site de recherche militaire". [139] Après l'attaque chimique de Khan Shaykhun en avril 2017, les États-Unis ont lancé leur première attaque contre les forces gouvernementales syriennes. Le 14 avril 2018, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené une série de frappes militaires conjointes contre plusieurs sites gouvernementaux en Syrie, dont le centre de recherche scientifique Barzah, après une attaque chimique à Douma.

Pour de nombreuses organisations terroristes, les armes chimiques peuvent être considérées comme un choix idéal pour un mode d'attaque, si elles sont disponibles : elles sont bon marché, relativement accessibles et faciles à transporter. Un chimiste expérimenté peut facilement synthétiser la plupart des agents chimiques si les précurseurs sont disponibles.

En juillet 1974, un groupe se faisant appeler les Aliens of America a réussi à incendier les maisons d'un juge, de deux commissaires de police et d'une des voitures du commissaire, incendié deux immeubles et bombardé le terminal Pan Am de l'aéroport international de Los Angeles, tuant trois personnes et en blessant huit. L'organisation, qui s'est avérée être un seul étranger résident nommé Muharem Kurbegovic, a affirmé avoir développé et possédé une réserve de sarin, ainsi que quatre agents neurotoxiques uniques nommés AA1, AA2, AA3 et AA4S. Bien qu'aucun agent n'ait été trouvé au moment où Kurbegovic a été arrêté en août 1974, il aurait acquis "tous sauf un" des ingrédients nécessaires à la production d'un agent neurotoxique. Une perquisition dans son appartement a permis de découvrir divers matériaux, notamment des précurseurs de phosgène et un fût contenant 25 livres de cyanure de sodium. [140]

La première utilisation réussie d'agents chimiques par des terroristes contre une population civile générale a eu lieu le 27 juin 1994, lorsque Aum Shinrikyo, un groupe apocalyptique basé au Japon qui croyait nécessaire de détruire la planète, a libéré du gaz sarin à Matsumoto, au Japon, tuant huit et en blessant 200. L'année suivante, Aum Shinrikyo a libéré du sarin dans le métro de Tokyo, tuant 12 personnes et en blessant plus de 5 000.

Le 29 décembre 1999, quatre jours après le début de l'assaut des forces russes contre Grozny, des terroristes tchétchènes ont fait exploser deux réservoirs de chlore dans la ville. En raison des conditions de vent, aucun soldat russe n'a été blessé. [141]

À la suite des attentats du 11 septembre 2001 contre les villes américaines de New York et de Washington, D.C., l'organisation Al-Qaïda responsable des attentats a annoncé qu'elle tentait d'acquérir des armes radiologiques, biologiques et chimiques. Cette menace a reçu une grande crédibilité lorsqu'une grande archive de bandes vidéo a été obtenue par le réseau de télévision câblée CNN en août 2002, montrant, entre autres, le meurtre de trois chiens par un agent neurotoxique apparent. [142]

Lors d'une attaque antiterroriste le 26 octobre 2002, les forces spéciales russes ont utilisé un agent chimique (probablement le KOLOKOL-1, un dérivé du fentanyl en aérosol), comme précurseur d'une attaque contre des terroristes tchétchènes, qui a mis fin à la crise des otages du théâtre de Moscou. Les 42 terroristes et 120 des 850 otages ont été tués pendant le raid. Bien que l'utilisation de l'agent chimique ait été justifiée comme moyen de cibler sélectivement les terroristes, il a tué plus de 100 otages.

Début 2007, de multiples attentats terroristes à la bombe avaient été signalés en Irak à l'aide de chlore gazeux. Ces attaques ont blessé ou rendu malade plus de 350 personnes. Les kamikazes auraient été affiliés à Al-Qaïda en Irak [143] et ils ont utilisé des bombes de différentes tailles allant jusqu'à des camions-citernes de chlore. [144] Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a condamné les attaques comme « clairement destinées à provoquer la panique et l'instabilité dans le pays. [145]

Les Protocole pour l'interdiction de l'emploi en temps de guerre de gaz asphyxiants, toxiques ou autres, et les méthodes bactériologiques de guerre, ou le Protocole de Genève, est un traité international qui interdit l'utilisation d'armes chimiques et biologiques dans la guerre. Signé en droit international à Genève le 17 juin 1925 et entré en vigueur le 8 février 1928, ce traité stipule que les armes chimiques et biologiques sont « à juste titre condamnées par l'opinion générale du monde civilisé ». [146]

Convention sur les armes chimiques Modifier

L'accord de contrôle des armements le plus récent en droit international, le Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction, ou la Convention sur les armes chimiques, interdit la production, le stockage et l'utilisation d'armes chimiques. Il est administré par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), une organisation intergouvernementale basée à La Haye. [147]


8 des plus gros canons de destruction utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale

Le 20e siècle se démarque facilement comme l'une des époques destructrices de l'humanité, avec deux guerres mondiales et plusieurs conflits intermittents englobant des régions du monde entier. Et une telle destruction à grande échelle a été ironiquement provoquée par l'essor de la technologie. On peut soutenir que rien ne résume parfaitement ce « côté obscur » du progrès technologique que des spécimens artificiels inspirés par la guerre comme des armes, des armements et des armes. À cette fin, regardons les huit canons super-lourds de la Seconde Guerre mondiale qui ont comblé le fossé entre le génie de l'ingénierie et la barbarie impitoyable.

1) Batterie Todt –

Canons robustes émergeant de solides constructions de type bunker (également appelées casemates) en béton armé de 3,5 m d'épaisseur, la batterie Todt signifiait à tous égards le stratagème défensif adopté par les Allemands au milieu de la Seconde Guerre mondiale. Se présentant comme un élément majeur du soi-disant mur de l'Atlantique - qui impliquait un vaste rempart de fortifications côtières comme défense contre l'invasion alliée, la batterie comprenait quatre casemates équipées de canons Krupp de calibre 380 mm.

Tous ces canons avaient une portée substantielle de 55,7 km, rendant ainsi leurs cartouches capables d'atteindre les régions côtières de la Grande-Bretagne. En fait, les armements de l'installation reproduisaient ceux des célèbres cuirassés allemands Bismarck et Tirpitz. Mais curieusement, le Todt n'a jamais été utilisé à sa pleine capacité et a été capturé avec succès par les troupes anglo-canadiennes à la fin de 1944.

2) Karl-Gerät –

Traduit par « Karl Device » en allemand, le Karl-Gerät était la plus grande machine de destruction automotrice jamais construite par l'homme. L'engin massif d'une longueur de 11,15 m (37 pi) et d'un poids de 124 tonnes, avait un canon tout aussi monstrueux avec une largeur de 3,16 m (plus de 10 pi). Sept de ces obusiers ont été fabriqués par le groupe de technologie militaire allemand Rheinmetall et six d'entre eux ont combattu des adversaires russes, polonais et alliés. Quant à leurs obus blindés chargés de calibre 600 mm, les projectiles pesant 2 tonnes avaient une portée de tir maximale d'environ 10 km.

La lourdeur du « véhicule » était cependant un inconvénient, la vitesse de pointe de Karl-Gerät n'atteignant que 10 km/h. De plus, l'énorme obusier devait être piloté par un équipage de 21 personnes et avait une portée opérationnelle maximale d'environ 60 km lorsqu'il était alimenté par un moteur diesel.

3) Obusier de 520 modèle 1916 –

Comme on peut le discerner à partir de l'année mentionnée dans le nom du modèle, l'énorme obusier de chemin de fer français a été conçu à l'origine (comme la plus grande pièce d'artillerie de Schneider et Cie) en 1916 pendant la Première Guerre mondiale - mais il n'a pas tiré un seul obus pendant la conflit en cours. Curieusement, le canon a été capturé près de 24 ans plus tard par les Allemands lors de leur invasion de la France en 1940, puis utilisé comme arme allemande nazie lors du tristement célèbre siège de Stalingrad.

L'engin électrique était pour le moins gargantuesque, avec sa longueur totale de 30,38 m (99,7 pi), un poids de 263 tonnes et une longueur de canon de 11,9 m (39 pi). Comme on pouvait s'y attendre à cause de ces dimensions « turbulentes », les obus avaient des calibres de 520 mm et des poids de plus de 1 400 kg. Et malgré son énorme envergure, le canon ne pouvait déplacer qu'un coup en 6 minutes, avec une portée maximale d'environ 17 km.

4) Krupp 28-cm-Kanone 5 (E) –

L'un des très rares canons dotés d'une ingénierie de pointe qui correspondait à son « aptitude » tactique, le Krupp 28-cm-Kanone 5 ou K5 était un canon ferroviaire lourd avec un canon massif de 21,5 m (71 pi) de long. Utilisant ce que l'on appelle le « plateau tournant de Vögele », l'énorme arme avait la capacité de tourner à 360 degrés, ce qui a sans aucun doute ajouté à sa valeur tactique.

L'Anzio Annie de la famille Krupp K5 a particulièrement réussi contre les troupes alliées, lorsque plus de 50 000 soldats ont effectué leur débarquement amphibie en Italie à Anzio, en Italie. En fait, selon de nombreuses sources, l'effort d'invasion a été paralysé pendant près de 3 mois - avec une aide importante du gigantesque canon de 218 tonnes, qui a tiré ses énormes obus de 283 mm pesant 250 kg, sur une portée de 64 km !

5) Canon ferroviaire 1938 TM-3-12 –

Un spécimen militaire très intéressant - le canon ferroviaire TM-3-12 de construction soviétique de 1938 a été en fait construit à partir du canon naval récupéré de 1907 qui était à l'origine équipé sur le cuirassé coulé, l'Imperatritsa Mariya. Cet engin gigantesque a été utilisé pendant la guerre soviéto-finlandaise simultanée en 1940, tout en ayant également la distinction de servir l'armée soviétique jusqu'en 1991, à la fin de la guerre froide.

Certains des canons ont également été capturés par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces armes ont ensuite été transportées jusqu'à l'île de Guernesey dans la Manche. En ce qui concerne les spécifications majestueuses de l'armement, le TM-3-12 avait une longueur de tourelle de 13 m (43 pi) qui pouvait tirer des obus de 314 kg de calibre 305 mm, jusqu'à une distance d'environ 43 km.

6) Schwerer Gustav –

En termes simples, le Schwerer Gustav reste l'arme rayée du plus gros calibre jamais utilisée au combat de l'humanité ! Conçu par Krupp Industries, l'instrument de guerre gargantuesque mesurant un colossal 47,3 m (155 pi) de longueur, 7,1 m (23 pi) de largeur et 11,6 m (38 pi) de hauteur - pour un total de 135 500 pi3 de volume, a été utilisé avec parcimonie pendant le siège de Sébastopol, alors que son canon était déjà usé en tirant juste 48 obus.

La grosse machine détient également le record de l'artillerie la plus lourde au monde avec son poids de 1 350 tonnes. Sans surprise, le Schwerer Gustav pouvait tirer des obus de 800 mm de plus de 7,5 tonnes, via son canon de 32,5 m (106 pi) de long, avec une portée de tir de 47 km.

7) Canon V-3 –

Bien qu'il n'ait pas la portée structurelle gigantesque du Schwerer Gustav, le V-3 (Vergeltungswaffe 3) l'a largement compensé avec sa grande longueur de 130 m (430 pi). L'ensemble de l'armement était basé sur le processus de multi-charges dans lequel une deuxième charge propulsive pouvait augmenter considérablement la vitesse du projectile tiré.

Le super-canon avec sa portée de 165 km était initialement prévu pour le bombardement dédié de Londres depuis la Manche, et était donc positionné dans le Pas-de-Calais dans le nord de la France. Mais les bombardements avec tact des forces alliées ont handicapé la capacité de l'artillerie à fonctionner correctement. Cependant, un modèle similaire a été utilisé pour le bombardement à longue portée du Luxembourg au cours des dernières étapes de la guerre (qui a été fait avec des obus de calibre 150 mm avec un poids individuel de 140 kg).

8) Haubitze M1 –

Classé comme un obusier super-lourd, le Haubitze M1 a été vu en action sur de nombreux théâtres de la Seconde Guerre mondiale, notamment en France, en Belgique, en Pologne et en Russie. Affichant son mécanisme à double recul et un affût à deux composants, l'artillerie de 75 tonnes avait une longueur de canon substantielle de 8 m (26 pi), tout en ayant une portée de tir d'environ 21 km.

Compte tenu de ses caractéristiques orientées obusier, le Haubitze M1 a été utilisé pour des projectiles de gros calibre de 356 mm conçus pour les actions de siège de longue durée. À cette fin, il n'est pas surprenant que le canon ait joué son rôle de manière adéquate dans des arènes célèbres comme l'assaut de Sébastopol, le siège de Leningrad et l'insurrection de Varsovie.

L'article a été initialement publié sur notre site sœur HEXAPOLIS.


Les 5 armes de guerre les plus meurtrières de l'Allemagne nazie

Les armes tueuses que les Alliés ne voulaient pas affronter au combat.

Les forces de l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale étaient parmi les plus redoutables déployées dans toutes les guerres. Soutenu par la science, l'ingénierie et les techniques modernes de production de masse allemandes, il s'agissait d'un nouveau type de guerre hautement mécanisée. Plus rapide et plus meurtrière que les forces armées qui ont combattu pendant la Grande Guerre vingt ans auparavant, elle a submergé des ennemis plus lents et a aidé l'Allemagne à subjuguer un continent entier. Voici cinq exemples de technologies de guerre allemandes qui ont presque mis fin à la civilisation occidentale telle que nous la connaissons.

Le Panzerkampfwagen VI (Tiger Tank)

La réputation moderne du char en tant que char de guerre rapide, percutant et mortel est en grande partie due à l'utilisation du char par l'armée allemande dans les premières années de la Seconde Guerre mondiale. Bien qu'inventés pour la première fois par les Britanniques pendant la Première Guerre mondiale, la Wehrmacht et les SS ont poussé le char jusqu'à sa conclusion logique, faisant ainsi basculer le pendule de la guerre de la défense en tant que forme dominante de guerre à l'offensive.

Bien que la majeure partie des forces blindées allemandes soit composée de chars plus petits tels que les Panzerkampfwagen III et IV, le Panzerkampfwagen VI, ou char Tigre, a été conçu pour être le facteur décisif sur le champ de bataille blindé. Avec cinquante-quatre tonnes, il était considérablement plus gros que les chars contemporains et, avec son blindage épais et son canon principal de quatre-vingt-huit millimètres, faisait du Tigre un char dit « lourd ». Introduit en 1942, le canon KwK 36 du Tiger pouvait détruire n'importe quel char allié produit en série construit pendant la guerre, et l'épaisse peau blindée du char pouvait repousser la plupart des obus antichars alliés.

Les Tigres étaient organisés en bataillons de chars lourds et déployés par les commandants de l'armée allemande là où ils étaient le plus nécessaires. En conséquence, contrairement à d'autres chars allemands qui privilégiaient la protection et la mobilité à la puissance de feu dans une offensive générale, le Tigre mettait l'accent sur la puissance de feu et la protection sur la mobilité, car il avait généralement des objectifs spécifiques en tête.

Chasseur Messerschmitt Bf 109

Le Messerschmitt Bf 109 était de loin le chasseur le plus meurtrier de la Seconde Guerre mondiale. Conçu par le légendaire concepteur d'avions Willy Messerschmitt au milieu des années 1930, il a remplacé un sac de combattants allemands oubliables de l'entre-deux-guerres par un nouveau design comprenant une cellule monocoque, un train d'atterrissage rétractable et un cockpit fermé.

Les premiers modèles Bf109A ont servi pendant la guerre civile espagnole. À la fin des années trente, le réarmement allemand battait son plein et le Me109 devint le principal chasseur de la jeune Luftwaffe. Rapide et maniable, il était également percutant, avec deux mitrailleuses lourdes de calibre .51 et un canon de vingt millimètres.

Le Bf109A et la Luftwaffe ont servi dans toute l'Europe, l'Afrique du Nord et la Russie européenne, dominant toutes les autres forces aériennes jusqu'en 1943 à l'exception de la Royal Air Force. Le Bf109 et ses variantes de guerre avaient les as les plus en série de la guerre, y compris des pilotes tels que Adolph Galland, Werner Molders et Johannes Steinhoff. Au total, 33 984 Bf109 de toutes sortes ont été construits par des usines allemandes et tchèques. Ironiquement, une variante du Bf-109, l'Avia 199 tchèque, a servi dans une armée de l'air israélienne embryonnaire à la fin des années 40.

Mitrailleuse MG-42

La mitrailleuse servie par l'équipage a été un contributeur majeur au taux de mortalité élevé de la Première Guerre mondiale, et l'armée allemande de l'entre-deux-guerres, bien que petite, s'est assurée qu'elle disposait de mitrailleuses très efficaces pour l'aider à frapper au-dessus de son poids. La mitrailleuse MG-34, adoptée en 1934, était légère, avait une cadence de tir extrêmement élevée allant jusqu'à 1 200 coups par minute et était capable de changer rapidement de canon sur le champ de bataille, un must pour une mitrailleuse de soutien d'infanterie.

Malheureusement, le MG-34 a été construit plus comme une montre qu'une arme de champ de bataille, et par conséquent le fabricant Rheinmetall n'a pas pu répondre à la demande. Le MG-42, introduit en 1942, était une tentative de simplifier la conception en quelque chose qui pourrait être plus facilement produit en série, et finalement quatre cent mille ont été produits. La cadence de tir élevée de la MG-42 s'est avérée très bénéfique dans les batailles défensives, en particulier les points forts soutenus par des réserves mobiles sur le front de l'Est.

La doctrine allemande sur les armes légères soutenait que la MG42 - et non l'arme d'infanterie - était le fondement de la puissance de feu de l'infanterie. L'infanterie, armée de fusils à verrou Karabiner 98k à tir plus lent, soutenait la mitrailleuse. En revanche, l'armée américaine mettait moins l'accent sur les mitrailleuses, en en alignant moins qu'une unité allemande comparable, tout en augmentant la puissance de feu globale avec le semi-automatique M1 Garand et le M1918 Browning Automatic Rifle.

La marine allemande (Kriegsmarine) pendant la Seconde Guerre mondiale n'était pas l'arme dominante de l'armée allemande. Il n'y aurait pas de répétition de la flotte allemande de haute mer. En conséquence, il a dû concentrer ses ressources limitées sur ce qui était le plus efficace son ennemi maritime traditionnel, la Royal Navy. Alors que la réponse à la marine française était l'armée allemande, combattre le Royaume-Uni nécessitait une réponse navale.

Mais sans navires capitaux, comment l'Allemagne mènerait-elle le combat dans l'Atlantique ? La réponse était la Unterseeboot, ou sous-marin sous-marin. Les U-Boats avaient connu un grand succès pendant la Première Guerre mondiale, et la Kriegsmarine a fortement réinvesti en eux pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela s'est à nouveau avéré fructueux, avec des sous-marins coulant 2 779 navires alliés totalisant 14,1 millions de tonnes entre 1939 et 1945. Le sous-marin le plus réussi, U-48, a coulé cinquante et un navires. Cela s'est traduit par 306 874 tonnes de navires alliés, soit l'équivalent de trois porte-avions modernes de classe Nimitz.

Non seulement la campagne des sous-marins a forcé les Alliés à ralentir le flux de troupes et de matériel de guerre à travers l'Atlantique et à organiser les expéditions en convois pour se protéger, mais elle a également affecté la population civile britannique, qui souffrait de pénuries chroniques de denrées alimentaires et d'autres biens. Initialement puissants, les sous-marins ont finalement été annulés par les contre-mesures alliées et n'ont finalement pas réussi à couper les lignes de communication entre l'Amérique du Nord et l'Europe occidentale. La force sous-marine allemande a lourdement perdu : 765 sous-marins ont été perdus au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Panzerfaust

L'utilisation par l'Allemagne de masses de chars sur le champ de bataille moderne a ouvert la boîte de Pandore. Dans quelques années, les forces alliées allaient rendre la pareille et c'était soudain l'armée allemande qui faisait face à un grand nombre de chars britanniques, américains et soviétiques. Alors que la qualité des forces allemandes diminuait et que le nombre de forces alliées augmentait, la Wehrmacht avait besoin d'un moyen bon marché et peu coûteux de saturer le champ de bataille avec une puissance de feu tueuse de chars. Le résultat : le Panzerfaust.

Le Panzerfaust était incroyablement simple pour une arme antichar efficace. Arme à un coup et sans recul, elle comportait une grande ogive en forme d'œuf attachée à un tube métallique jetable. Le déclencheur primitif a enflammé le propulseur à poudre noire, envoyant l'ogive à une portée effective de trente mètres. L'ogive à charge creuse avait une capacité de pénétration étonnante allant jusqu'à 7,9 pouces, ce qui la rend capable de détruire n'importe quel char allié.

Le Panzerfaust a fait de n'importe qui, même des vieillards et des enfants enrôlés dans l'armée allemande à la fin de la guerre, un tueur de chars potentiel. L'introduction de cette nouvelle arme de dernier recours à courte portée a rendu les équipages de chars alliés plus prudents face à l'infanterie allemande qui ne semblait pas disposer de défenses antichars solides, telles que des canons remorqués. Pendant la bataille de Berlin, certains pétroliers soviétiques ont même soudé des ressorts de lit à leurs chars, dans l'espoir que le fait de faire exploser prématurément l'ogive à charge creuse sauverait leur char - une tactique que l'armée américaine a utilisée des décennies plus tard avec ce que l'on appelle "l'armure à lattes" sur les blindés Stryker. Véhicules.

Kyle Mizokami est un écrivain de la défense et de la sécurité nationale basé à San Francisco qui est apparu dans le Diplomate, Police étrangère, La guerre est ennuyeuse et le Bête quotidienne. En 2009, il cofonde le blog défense et sécurité Veille de sécurité au Japon. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @KyleMizokami.

Image: Tigre 131. Wikimedia Commons/Creative Commons/Simon Quinton


Cinq armes mal conçues de la Seconde Guerre mondiale

Une forteresse de la ligne Maginot attaquée par des soldats allemands le 9 juin 1940.

Claire Barrett
27 mai 2021

1. Le Grand Panjandrum

Nevil Shute, auteur du roman populaire Sur la plage, Une ville comme Alice, a posé son stylo et son papier au clair de lune en tant qu'ingénieur aéronautique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il aurait peut-être dû s'en tenir à l'écriture parce que sa création, le Grand Panjandrum, était peut-être l'une des armes les plus mal conçues de la Seconde Guerre mondiale.

Composé d'une paire de roues en bois de 10 pieds, l'essieu entre elles contenait un tambour de 2 tonnes de TNT. En théorie, le Panjandrum devait être lancé depuis la rampe d'une péniche de débarquement juste à côté d'une tête de pont normande, « d'où il remonterait la plage à 60 mph et s'écraserait contre les défenses du mur de l'Atlantique, faisant un trou de la taille d'un char dans le fortifications…. 70 fusées à combustible solide le propulsaient autour de la jante de chaque roue, faisant tourner toute l'affaire comme un feu d'artifice de roue Catherine folle », écrit l'historien Stephan Wilkinson.

Vraiment, qu'est-ce qui pourrait mal tourner ? Mais dans un sens beaucoup plus réel, qu'est-ce qui ne pourrait pas mal tourner ? Heureusement, le film survit encore mettant en vedette le Grand Panjandrum lors de son premier et dernier essai.

Une scène de chaos se déroule alors que le Panjandrum prend de la vitesse, roule et file de manière incontrôlable le long de la côte anglaise. Des généraux, des amiraux et des chiens errants peuvent être vus fuyant la zone alors que des étincelles et des roquettes s'envolent vers ce qui n'est guère plus qu'une roue massive incontrôlable. Après que ce brouhaha se soit calmé, le Panjandrum s'est immobilisé sur le côté, puis a rapidement explosé et s'est désintégré.

Sans surprise, le Panjandrum n'a jamais été utilisé en action.

2. La ligne Maginot

On ne peut pas faire une liste d'idées mal conçues et ne pas inclure la ligne Maginot. Le développement de la structure défensive a commencé après la Première Guerre mondiale, la nation meurtrie de la France se concentrant sur la défense plutôt que sur la notion de guerre offensive.

La ligne de fortifications en béton et les vastes complexes de bunkers interconnectés étaient impénétrables aux bombardements aériens et aux tirs de chars. Courant principalement de la ville de La Ferté au Rhin le long de la frontière entre la France et l'Allemagne, il n'y avait qu'un seul problème…

Les Allemands l'ont tout simplement contourné.

3. Heinkel He 177 GREIF

"Cet avion poubelle est, bien sûr, le plus gros morceau de ferraille qui ait probablement jamais été produit", a un jour plaisanté Adolf Hitler avec colère. Il n'était pas loin. Des problèmes mécaniques ont tourmenté le Heinkel pendant quatre ans et a été déclaré à peine apte à la production vers la fin de la guerre. « À ce moment-là », écrit Stephan Wilkinson, « il n'y avait plus besoin d'un bombardier Luftwaffe à quatre moteurs à longue portée. »

L'avion était équipé de moteurs de 3 tonnes sur chaque aile, imposant d'énormes exigences structurelles. À la surprise de personne, de nombreux HE 177 se sont tout simplement effondrés en plein vol. Ceux qui ont réussi à rester en l'air pendant un certain temps ont souvent rapidement pris feu.

Les usines nazies ont déployé plus de 1 100 He 177, une perte totale de temps, de matériel et d'argent.

4. Panzer VIII Maus

Un autre échec nazi comprend le mammouth Panzer VIII Maus. Tournant à une vitesse énorme de 8 mph, le Maus décidément troqué toute sorte de mobilité pour la puissance de feu et l'armure. Alors que les obus ennemis rebondissaient simplement sur le blindage du char, le Maus n'avait aucune fonction réelle dans les situations de combat.

Conçu par Ferdinand Porsche, célèbre pour les voitures de sport, il faut se demander si Porsche était dans une blague épique contre les nazis.

Seuls deux prototypes ont été construits à la fin de la guerre, l'un n'ayant même jamais reçu sa tourelle et son canon.

5. Bat Bombes

Peu de temps après avoir reçu la nouvelle choquante de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, le dentiste Dr Lytle S. Adams a eu une pensée. « Ces millions de chauves-souris ne pourraient-elles pas être équipées de bombes incendiaires et larguées d'avions ? Quoi de plus dévastateur qu'une telle attaque à la bombe incendiaire ? » se souvient-il dans une interview de 1948.

Qui d'entre nous n'a pas vu de chauve-souris et a tout de suite pensé « explosifs » ?

Parce qu'Adams avait des amis haut placés – à savoir la première dame Eleanor Roosevelt – le projet farfelu n'est pas mort sur le sol du design. Il a été financé par l'armée américaine.

À partir de là, Adams a développé l'idée d'attacher de petites bombes contrôlées par minuterie aux chauves-souris. Le but était de libérer les chauves-souris et de les cacher à l'intérieur des bâtiments où elles exploseraient plus tard.

En 1943, l'armée a commencé à geler des milliers de chauves-souris mexicaines à queue libre en hibernation, selon Caitlin O'Brien pour Military Times.

L'armée a oublié que les chauves-souris avaient besoin de temps pour dégeler, et leur libération ne s'est pas déroulée comme prévu, car de nombreuses chauves-souris ont plongé jusqu'à la mort.

Le deuxième test s'est légèrement amélioré dans le fait que les bombes à chauves-souris ont fonctionné, mais les créatures se sont révélées incontrôlables et ont réussi à faire exploser une caserne de l'armée, une tour de contrôle et d'autres bâtiments environnants au champ auxiliaire de Carlsbad.

« Après ces barrages routiers, écrit O'Brien, l'armée a décidé de passer le projet à la marine, qui l'a délégué au corps des marines. Deux millions de dollars et plus de 6 000 chauves-souris plus tard, le Corps des Marines a abandonné le plan en faveur de la bombe atomique.


5. Le légendaire drapeau nazi « Blutfahne » sanglant

Adolf Hitler passe en revue les membres de la SA en 1935. Il est accompagné du Blutfahne et de son porteur le SS-Sturmbannführer Jakob Grimminger.

Relique sacrée chère à Hitler, l'emplacement du légendaire drapeau nazi taché de sang Blutfahne est inconnu.

Il y a eu des différends sur l'existence réelle du drapeau ainsi que sur ce qui lui est arrivé.

Hitler lui-même avait conçu le drapeau à croix gammée, et il est devenu un symbole nazi clé.

Le drapeau rouge avec un cercle blanc et une croix gammée au centre a été porté lors de la tentative de putsch de la brasserie à Munich en 1923 où il a été couvert de sang.

Les chemises brunes des SA l'avaient emporté jusqu'au centre lorsqu'elles ont été arrêtées par la police munichoise.

Lorsque la police de Munich a ouvert le feu sur les nazis, le porte-drapeau a été touché et a lâché le drapeau.

Un autre homme de la SA marchant à côté du drapeau a également été touché par plusieurs balles et est tombé dessus à sa mort, tachant le drapeau de son sang

Le porte-drapeau blessé, Heinrich Trambauer, aurait ramassé le drapeau ensanglanté et se serait précipité chez un ami où il l'aurait caché dans sa veste.

Hitler a ensuite reçu le drapeau, qui a été attaché à un nouveau personnel, après sa libération de la prison de Landsberg.

Il avait un fleuron décoratif et une manche en argent pour commémorer les 16 nazis morts au cours de la bagarre.

Bien que le drapeau ne montre aucune couleur du sang séché des humains et qu'il ne soit pas dans le même état que le drapeau porté en novembre 1923, la légende est restée.

Hitler a affiché le drapeau chaque année lors de ses rassemblements à Nuremberg et a tenu le drapeau sacré dans une main pour consacrer d'autres drapeaux et croix gammées. Il y a eu des moments, il a également été conservé à Munich à la Maison Brown, qui était le siège du parti nazi.

Il a été vu publiquement pour la dernière fois lors de la cérémonie d'intronisation de Volkssturm pour Heinrich Himmler en octobre 1944.

À l'origine, les Alliés pensaient que le drapeau avait été détruit lors des bombardements de Munich, mais plus tard, ils en ont douté.

De nombreuses personnes ont affirmé avoir possédé le drapeau depuis cette époque, mais la localisation du vrai drapeau reste toujours un mystère.


Les armes à feu russes de la Seconde Guerre mondiale : 8 armes à feu qui ont battu Hitler

Beaucoup d'armes à feu russes de la Seconde Guerre mondiale sont des légendes et ont été produites en série dans le monde entier, mais elles n'ont pas été construites ou conçues du jour au lendemain.

Lorsque l'Union soviétique a fait face à l'invasion de l'Allemagne nazie en 1941, son armée utilisait toujours le même fusil à verrou de base qui avait été porté une génération plus tôt pendant la Première Guerre mondiale et la révolution russe et la guerre civile qui ont suivi.

Cependant, l'Armée rouge cherchait déjà à développer de nouvelles armes légères, et à la fin de la Grande Guerre patriotique - comme la Seconde Guerre mondiale était étiquetée pour le peuple russe - des millions de soldats seraient équipés de ces armes. Cela servirait également à relancer l'industrie de l'armement soviétique, qui, à son tour, verrait le développement de certaines des armes à feu les plus infâmes jamais créées.

Les armes légères soviétiques ont toujours été connues pour être quelque peu grossières mais fiables. Les armes à feu n'étaient pas toujours les plus innovantes ni même les plus avancées, mais elles fonctionnaient bien et dans des conditions où d'autres armes échoueraient. Certaines de ces armes légères étaient si fiables que leurs adversaires allemands préféraient souvent les armes capturées à leurs propres armes – c'était particulièrement vrai pour la mitraillette PPSh-41.

Alors que le développement avait commencé avant l'invasion réelle, une grande partie de la production a été réalisée en temps de guerre. Alors que les armes légères allemandes devaient être produites dans des usines qui pouvaient fabriquer des armes avec des tolérances très strictes, les armes à feu soviétiques étaient produites dans de petits magasins et dans certains cas même en état de siège et d'isolement. De toute évidence, les canons russes de la Seconde Guerre mondiale ont eu un impact majeur sur la défaite et la chute finales d'Hitler. Voici une liste du meilleur de ce que Moscou a créé :

Carabine Mosin Nagent modèle 1891

Sans doute l'une des armes à feu les plus produites jamais (à l'exception peut-être de l'AK-47 beaucoup plus tardif), quelque 37 000 000 ont été fabriquées entre 1891 et 1965. Le fusil a une histoire intéressante en ce sens qu'il incorporait deux conceptions et caractéristiques de deux concepteurs différents. y compris Sergei Ivanovich Mosin, un capitaine de l'armée impériale russe, et le concepteur d'armes belge Leon Nagant. Chacun a soumis des fusils à des tests, et bien que le fusil de Mosin ait été sélectionné, la version modifiée comportait des détails clés de la conception de Nagant, notamment le chargeur à boîte fixe et le ressort du chargeur. Ce fusil est entré en service officiellement sous le nom de modèle 1891, et la production a commencé en 1892. Le pistolet a tiré la cartouche 7,62x54mmR.

Fait intéressant, non seulement il présentait des aspects de conception d'un fabricant belge, mais les 500 000 premiers fusils ont été produits par l'usine d'armes française, la Manufacture Nationale d'Armes de Châtellerault. Le fusil a connu son baptême du feu pendant la guerre russo-japonaise (1904-05), et à cette époque, quelque 3,8 millions de fusils étaient en service. Les résultats étaient mitigés, mais les historiens des armes à feu disent qu'une grande partie de cela est que les fantassins n'étaient pas correctement entraînés avec ce fusil.

Des millions d'autres ont été fabriqués pendant la Première Guerre mondiale, et dans une autre tournure unique, la demande russe a largement dépassé l'offre, à tel point que 1,5 million de fusils ont été commandés par le gouvernement russe et produits par Remington Arms aux États-Unis. Un 1,8 supplémentaire a été produit par la Nouvelle-Angleterre Westinghouse. Beaucoup de ces fusils ne sont pas arrivés en Russie avant la révolution et le traité de Brest-Litovsk et n'ont donc jamais été livrés au gouvernement russe. Certains ont été fournis aux forces expéditionnaires américaines et britanniques envoyées en Russie en 1918 et 1919, mais beaucoup ont ensuite été utilisés par la Garde nationale américaine et les unités ROTC. Ces fusils, comme prévu, sont très recherchés par les collectionneurs.

Avec la création de l'Union soviétique, la production du Mosin Nagant a augmenté et le canon a subi quelques changements.Le M1891/30 de base a vu le canon raccourci d'environ 3,5 pouces à la longueur de la «variation Dragon». Ce serait l'arme standard des troupes soviétiques lorsque la nation a été envahie par les Allemands en 1941. Des millions de fusils ont été produits pendant la guerre, et il est resté la principale arme légère de la plus grande armée mobilisée de l'histoire avec quelque 17,4 millions de produits. de 1941 à 1945. De nombreuses variantes ont été produites notamment une version sniper et une version carabine qui a été introduite en 1944.

Le Pistolet-Pulemyot Shpagina était en cours de développement lorsque la guerre a éclaté en juin 1941, et le canon faisait suite au PPD-40 du concepteur d'armes russe Georgi Shpagin, qui, curieusement, avait été conçu pour la première fois en 1934 mais ne s'est pas répandu. production jusqu'à la guerre d'hiver avec la Finlande. Ce pistolet s'est avéré suffisamment fiable, mais une variante plus facile à produire était nécessaire - ce serait le PPSh-41. Quelque six millions de PPSh-41 ont été produits pendant la guerre, contre environ 19 000 PPD. Ainsi, le PPSh-41 était la mitraillette la plus produite de la Seconde Guerre mondiale (par rapport à un million de MP-40 produites par l'Allemagne) et près du sommet de toutes les armes à feu russes de la Seconde Guerre mondiale.

Le PPSh-41, comme le PPD, a tiré la cartouche de pistolet 7,62x25 mm qui a été développée pour le pistolet TT-33 Tokarev. Il était à l'origine équipé d'un chargeur à tambour de 71 cartouches, ce qui a donné au pistolet sa silhouette distinctive, et plus tard, un chargeur à boîte incurvée de 35 cartouches a été mis à disposition. Dans une tournure intéressante, le magazine de tambour était une copie du magazine finlandais M31 Suomi, qui a également tenu 71 tours. Le PPSh-41 était durable mais grossier, mais son apparence pouvait être trompeuse, car l'arme pouvait tirer 900 coups par minute. En raison de sa fiabilité, il était souvent utilisé par les soldats allemands, en particulier dans la dernière partie de la guerre.

Le PPS (Pistolet-pulemjot Sudaeva) ou PPS-43 a été développé par Alexei Sudayev comme une mitraillette encore plus économique. Il a été développé pour être utilisé avec les unités de reconnaissance, les équipages de véhicules et le personnel de soutien. Contrairement au PPSh-41, le PPS était entièrement en tôle d'acier emboutie et pouvait être usiné en moins de la moitié du temps du premier. Elle est entrée en service en petit nombre pendant le siège de Leningrad et la production complète a commencé en 1943. Ce modèle d'arme à feu utilisait également le pistolet de 7,62 x 25 mm d'un chargeur incurvé, qui, curieusement, n'était pas interchangeable avec le chargeur incurvé PPSh-41 et le PPS. impossible d'utiliser le chargeur de tambour.

Le Samozaryadnaya Vintovka Tokarea (fusil à chargement automatique Tokarev, modèle 1940) ou SVT-40 a souvent été étiqueté à tort comme « la version soviétique du M1 Garand ». Ce n'est pas tout à fait exact, en partie parce que le concepteur d'armes Fedor Tokarev avait travaillé sur sa conception essentiellement au moment où le M1 était en cours de développement. Qu'il suffise de dire que les planificateurs militaires du monde entier travaillaient à la mise au point d'un fusil semi-automatique pour l'infanterie.

Le canon résultant que Tokarev a conçu est entré en service pour la première fois en 1938 sous le nom de SVT-38, utilisant la même cartouche de 7,62x54 mmR que le Mosin Nagant, et il a été utilisé pour la première fois au combat lors de la guerre d'hiver avec la Finlande (1939-40). Les résultats n'étaient pas bons et la réaction des troupes était assez négative. Les soldats trouvaient le pistolet trop long et encombrant, difficile à entretenir et pire encore, il avait un chargeur amovible qui tombait à des moments inopportuns. La production a cessé sur le SVT-38 (environ 150 000 exemplaires au total auraient été fabriqués et distribués), et le pistolet a été repensé et désigné SVT-40. C'était plus léger, et surtout, plus simple à produire.

L'Union soviétique avait prévu de remplacer le Mosin Nagant par le SVT-40, et sur le papier, un tiers de tous les fusils seraient ce modèle. Cependant, un événement pas si drôle s'est produit - à savoir une invasion allemande. Cela a vu des centaines de milliers de fusils capturés et le Mosin Nagant, qui avait été mis hors service, a été réintroduit. C'est aussi pourquoi tant de SVT-40 ont inondé le marché dans les années 1980, apparemment inédits ! Alors que la production du SVT-40 a atteint cinq millions et demi à la fin de la guerre, il convient de noter qu'il a été produit plus tôt dans la guerre que plus tard, car l'arme n'a tout simplement pas répondu aux exigences de l'Armée rouge. Fondamentalement, le problème était que les Soviétiques avaient besoin d'un canon facile à produire et fiable, et le SVT-40 s'est avéré n'être ni l'un ni l'autre.

Mitrailleuse légère DP-28

Le Pulemyot Degtyaryova Pekhotny (la mitrailleuse d'infanterie de Degtyaryov) a gagné le surnom de « tourne-disque » en raison de son grand chargeur de tambour sur le dessus. Probablement inspirée du Lewis Gun, cette mitrailleuse légère (et par lumière, cela signifiait qu'un seul individu pouvait la porter, car elle ne peut vraiment pas être tirée de la hanche comme on le voit dans les jeux vidéo) a été introduite en 1928. Elle utilisé une conception simple avec très peu de pièces par rapport aux autres mitrailleuses. Comme pour les autres armes légères soviétiques, elle était également très robuste et pouvait être enterrée dans la terre et continuer à fonctionner. Il utilisait également la cartouche 7.62x54mmR (donc une mitrailleuse légère car elle tirait une cartouche de fusil plutôt qu'une cartouche plus lourde) et tirait à partir du chargeur de tambour plutôt qu'à partir d'une ceinture.

Le magazine s'est avéré être un obstacle majeur, cependant, car il a fallu plus de temps pour changer les magazines, qui étaient également difficiles à recharger. Avec seulement 47 cartouches dans chaque chargeur, les armes à feu disposaient d'une quantité limitée de munitions pour le tireur, mais en toute honnêteté, c'était toujours plus important que le chargeur de 20 cartouches de l'American Browning Automatic Rifle ou le magazine de 30 cartouches du British Bren Gun. Contrairement au Bren, le DP-28 ne comportait pas de canon interchangeable, de sorte que la cadence de tir plus faible de l'arme à feu et le temps de changement de chargeur ont permis de réduire le risque de surchauffe du canon.

Maxime M1910

La Maxim était en fait la première "mitrailleuse" pratique et l'armée impériale russe avait été l'un des premiers clients (et sans doute les plus fidèles) d'Hiram Maxim. Les versions russes du Maxim, désignées M1910, ont été chambrées pour tirer la cartouche 7.62x54mmR. Ceux-ci étaient montés sur la monture Sokolov (parfois avec un bouclier de canon), ce qui facilitait le déplacement de la mitrailleuse lourde, mais c'était quand même assez encombrant. Le M1910 a été utilisé tout au long de la Première Guerre mondiale, de la Révolution russe et de la guerre civile, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale et pendant la guerre froide en Chine, en Corée et même au Vietnam. Il ne semble pas y avoir de nombre exact de combien ont été réellement produits.

Une variante unique du M1910 était le Maxim-Tokarev, qui était une version de machine légère. Il a jeté la veste d'eau, a raccourci le canon et l'a monté sur un bipied. Seulement environ 2 500 de ces variantes ont été produites.

SG-43 Goriounov

Les Soviétiques cherchaient à remplacer le M1910 Maxim par le SG-43, qui était également chambré pour la cartouche 7.62x54mmR. Alors qu'une version à montage sur roues, tout comme le M1910, a été produite, le canon a également été équipé pour les trépieds et les véhicules, y compris les chars. Il s'est avéré être une arme fiable, mais comme il s'agissait d'une arme plus défensive qu'offensive, il a été éclipsé dans une certaine mesure par les autres armes légères soviétiques.

Les marines égyptiens visent une mitrailleuse moyenne SG43 de fabrication soviétique lors d'un assaut amphibie à l'appui de l'exercice de service interarmées multinational Bright Star 󈨙.

SKS et RPD

Les deux dernières armes à feu à noter sont le SKS (Samozaryadniy Karabin Sistemi Simonova) et le RPD (Ruchnoy Pulemyot Degtyaryova). Bien que techniquement pas une véritable arme à feu de la Seconde Guerre mondiale, la carabine semi-automatique SKS a été développée à la fin de la guerre par Sergi Gavrilovich Simonov tandis que Vasily Degtyaryov travaillait sur le RPD. Celles-ci sont toutes deux remarquables car elles ont été parmi les premières armes légères à être chambrées pour le tour M43 de 7,62x39 mm, que les Soviétiques ont développé en réponse aux munitions Kurz de 7,92x33 mm de l'Allemand qui ont été utilisées pour le StG44/MP44 (Sturmgewehr). Les concepteurs d'armes soviétiques ont vu les avantages de cette cartouche intermédiaire et ont cherché à créer leur propre version. Ce serait le 7,62x39mm.


Comment les nazis ont-ils vraiment perdu la Seconde Guerre mondiale ?

Parmi les innombrables livres d'histoire, documentaires télévisés et longs métrages réalisés sur la Seconde Guerre mondiale, beaucoup acceptent un récit similaire de la guerre en Occident : bien que l'Allemagne nazie possédait une armée supérieure, un meilleur équipement et de loin les meilleures armes au départ, le Les Britanniques ont réussi à tenir jusqu'à ce que les États-Unis entrent en guerre au début de 1942. Après cela, l'Allemagne étant sérieusement affaiblie par son affrontement brutal avec l'Union soviétique à l'Est, la force économique des États-Unis a propulsé les Alliés vers la victoire.

Une formation de chars Tiger II – janvier 1945. (Crédit : ullstein bild/ullstein bild via Getty Images)

Mais selon James Holland, auteur de l'histoire en trois volumes &# x201CLa guerre à l'Ouest,&# x201D en ce qui concerne le niveau opérationnel de la Seconde Guerre mondiale&# x2014les écrous et boulons de la production d'armes, la fourniture de troupes et d'autres logistique&# x2013la célèbre guerre nazie “machine” était tout sauf efficace. Ce n'était même pas vraiment une machine.

« Tout le monde parle toujours de la « machine de guerre nazie » comme si elle était entièrement mécanisée », a déclaré Holland à HISTOIRE. 𠇎h bien, ce n'est pas. Sur les 135 divisions utilisées en mai 1940 pour la Blitzkrieg à l'Ouest, seules 16 d'entre elles sont mécanisées. Les 119 autres utilisent tous leurs deux pieds, ou ils utilisent un cheval et une charrette.

De l'avis de Holland&# x2019s, la sagesse acceptée de longue date de l'Allemagne&# x2019s prouesses militaires repose trop fortement sur les expériences des soldats alliés individuels sur les lignes de front, sans tenir compte de la réalité des capacités logistiques de la Wehrmacht&# x2019s. Bien qu'il soit essentiel de comprendre la stratégie (y compris le leadership et les objectifs de guerre généraux) et les tactiques (les combats réels sur les lignes de front) de tout conflit, il pense que le niveau opérationnel est ce qui maintient ensemble les niveaux stratégique et tactique.

Chars allemands Panzer Tiger II en 1944. (Crédit : ullstein bild/ullstein bild via Getty Images)

Si vous êtes un soldat américain et que vous êtes en Normandie dans un terrier et que vous vous heurtez à un char Tigre, tout ce qui vous importe, c'est que c'est un énorme char avec un énorme canon et s'il tire un vous bombarder, vous allez être anéanti. De même, un char Sherman affrontant seul l'un des célèbres chars Tigre allemands n'aurait aucune chance. « En l'examinant d'un point de vue opérationnel, » explique Holland, ” une image très différente se dégage. Les Allemands n'ont construit que 1 347 chars Tigre, alors que les Américains en ont construit 49 000 [chars Sherman].”

Et ce char Tigre ? Icône de la Wehrmacht, le monstre lourdement blindé comportait une boîte de vitesses complexe à six vitesses conçue par Ferdinand Porsche. Il était également sujet à des dysfonctionnements mécaniques, difficile à maintenir au combat et nécessitait beaucoup de carburant, l'une des nombreuses ressources dont l'Allemagne manquait cruellement.

Parce que l'Allemagne était si à court de pétrole, d'acier et (plus critique) de nourriture, soutient Holland, les nazis auraient dû écraser complètement leurs ennemis dans la première phase de la guerre afin d'avoir une chance de gagner. Incapable de vaincre la Grande-Bretagne à l'Ouest, Hitler n'avait absolument pas d'autre choix que d'envahir l'Union soviétique dans l'espoir d'avoir accès à plus de ressources. Cette invasion, bien sûr, a conduit à une autre guerre extrêmement coûteuse pour l'Allemagne sur le front de l'Est, alors même que les États-Unis rejoignaient la Grande-Bretagne à l'Ouest.


Artillerie de campagne américaine et allemande pendant la Seconde Guerre mondiale : une comparaison

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les principales pièces d'artillerie de campagne de l'armée américaine étaient le canon M1897 de 75 mm de conception française et l'obusier M1918 de 155 mm (ci-dessus). Au moment où les forces terrestres américaines sont entrées au combat en 1942, ces deux pièces étaient remplacées par des canons modernes et beaucoup plus efficaces. (Archives nationales)

À première vue, il semble y avoir peu de différence entre les branches d'artillerie de l'armée américaine et allemande Wehrmacht dans la Seconde Guerre mondiale. Les canons américains étaient un peu plus lourds que leurs homologues allemands et avaient généralement une portée plus longue. Le 105 mm allemand était suffisamment similaire à l'obusier américain de 105 mm, et il y avait suffisamment de similitudes entre les canons de chaque armée pour permettre à l'armée américaine d'équiper deux de ses bataillons d'artillerie de campagne avec des pièces allemandes capturées pour profiter des stocks de munitions ennemis capturés en France .

Néanmoins, évaluer l'artillerie d'une armée nécessite bien plus que de regarder les canons standards qu'elle déploie. Pour être pleinement efficace, un bras d'artillerie doit être bien approvisionné en munitions appropriées. Il doit y avoir un approvisionnement suffisant en canons standards pour que les unités soutenues sachent à quels tirs elles peuvent s'attendre. Il doit disposer d'un bon moyen d'identifier et de localiser avec précision une cible et a besoin d'observateurs avancés bien formés qui sont en contact étroit non seulement avec les batteries, mais avec les troupes avec lesquelles elles travaillent. Une artillerie efficace nécessite des centres de direction de tir capables de placer les tirs avec précision et de les déplacer rapidement d'une cible à une autre. Ces centres de direction de tir doivent être capables de se coordonner avec d'autres unités d'artillerie pour des tirs de masse selon les besoins. Les canons doivent avoir des moteurs d'entraînement efficaces ou être montés sur des véhicules à chenilles. Il doit y avoir un approvisionnement suffisant de tout ce qui précède pour répondre aux besoins des unités de manœuvre ou d'autres forces que les batteries soutiennent. Enfin, les canons doivent être protégés des tirs de contre-batterie ou d'autres interdictions.

En d'autres termes, l'artillerie est un système avec un certain nombre de composants en interaction. Le pistolet est la partie la plus visible, mais l'ensemble du système doit bien fonctionner pour que le pistolet soit efficace. Toute analyse qui n'examine pas tous les composants du système, et reconnaît que l'interférence avec n'importe quelle partie de celui-ci peut fortement réduire son efficacité, est incomplète.

Un examen composant par composant de l'artillerie américaine et allemande montre que presque dès le début de la participation de l'Amérique au conflit, l'armée américaine avait le système supérieur. Les artilleurs américains n'ont pas essayé de combattre l'artillerie ennemie en construisant des canons plus gros. L'approche depuis le début était de construire un meilleur système et cela a fonctionné. C'était clair pour les observateurs avisés à l'époque. En regardant la campagne d'Italie, le feld-maréchal Erwin Rommel a commenté : « L'énorme supériorité de l'ennemi en artillerie, et encore plus dans les airs, a ouvert le front. Au cours de la campagne de Normandie, Rommel a ajouté : « La preuve en est également de leur grande supériorité en artillerie et de leur réserve de munitions exceptionnellement importante. » À tout point de vue raisonnable, en particulier pendant la dernière partie de la Seconde Guerre mondiale, l'artillerie américaine était très nettement supérieure à celle des Allemands.

Ce fait peut être surprenant car au début de la Seconde Guerre mondiale, l'artillerie américaine était armée de canons français obsolètes qui étaient transportés par des chevaux et des camions peu fiables. Au cours des deux années suivantes, cependant, l'armée américaine a corrigé vingt années de négligence de la part des autorités civiles. La suite de cet article examine les différentes composantes des systèmes d'artillerie américain et allemand dans le but de montrer comment cette transformation s'est produite et de décrire son impact.

La pièce d'artillerie de campagne la plus couramment utilisée par l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale était l'obusier M2A1 de 105 mm. Sur cette photographie du 25 mars 1945, les artilleurs de la batterie C du 337e bataillon d'artillerie de campagne se préparent à tirer le 300 000e obus de la batterie depuis leur entrée en combat en juin 1944. (Archives nationales)

Le potentiel d'amélioration et de transformation rapide de l'artillerie de l'armée s'est développé dans l'entre-deux-guerres, en grande partie à Fort Sill, en Oklahoma, où se trouve l'école d'artillerie de campagne de l'armée américaine. Fort Sill était également l'endroit où le lieutenant-colonel de l'époque Lesley J. McNair a introduit des méthodes d'instruction modernes qui ont grandement facilité la capacité de l'armée à étendre rapidement la branche de l'artillerie de campagne.

Lorsque la guerre éclata en Europe en septembre 1939, les unités d'artillerie de l'Armée de terre étaient encore équipées des vénérables canons français de 75 mm et 155 mm achetés pendant la Première Guerre mondiale. Matériel de 75mm Mle 1897, est considérée comme la première des pièces d'artillerie modernes et était capable d'une cadence de tir élevée jusqu'à 8 000 mètres (environ cinq milles). Il a été conçu pour contrer les attaques massives d'infanterie qui étaient typiques des tactiques de la fin du XIXe siècle en plaçant un grand nombre d'obus à fusion temporelle sur les corps des troupes ennemies.

La branche de l'artillerie de campagne avait développé des idées claires sur les canons nécessaires pour la guerre mobile qu'elle prévoyait. Leurs conceptions ont été bien pensées et ont bien servi l'Amérique et, dans certains cas, servent toujours les alliés de l'Amérique. Lorsque l'argent a finalement été alloué, l'armée a pu le dépenser efficacement (après quelques insistances du Congrès) pour obtenir les canons qu'elle souhaitait construire en un minimum de temps grâce au plan de mobilisation industrielle de l'armée. Les États-Unis étaient le seul pays à avoir un tel plan. La première version a été en grande partie composée par un jeune et brillant major nommé Dwight D. Eisenhower. En conséquence, des canons de campagne de bonne qualité étaient disponibles lorsque l'armée débarqua en Afrique du Nord en novembre 1942. Alors que l'armée combattait en Afrique du Nord avec des pièces d'artillerie modernes, le canon français de 75 mm avait encore un rôle limité à ce stade de la guerre. L'un des premiers Mk. Le VI Tigre mis hors de combat en Afrique du Nord est mis KO par un 75 français monté à l'arrière d'un half-track. Jusqu'à ce que le chasseur de chars M10 soit disponible, l'armée a utilisé cet expédient pour fournir aux unités un canon antichar mobile.

L'efficacité de l'artillerie américaine, même à ce stade précoce de l'engagement américain, impressionna Rommel. Dans une lettre du 18 février 1943 à sa femme, il décrit les combats dans et autour de ce que les historiens américains ont appelé la bataille du col de Kasserine. En partie, il a commenté "un avion d'observation a dirigé le feu de nombreuses batteries sur toutes les cibles intéressantes dans toute la zone".

Les artilleurs d'une compagnie de canons de la 90e Division d'infanterie tirent avec un obusier M3 de 105 mm lors de combats près de Carentan, en France, le 11 juin 1944. Les M3 équipaient des compagnies de canons affectées aux régiments d'infanterie et aux bataillons d'artillerie de campagne aéroportés pendant la guerre. (Archives nationales)

Au moment de l'opération TORCH en novembre 1942, l'armée avait déployé toute une famille de nouveaux canons. L'obusier pack M1 de 75 mm, d'une portée de 8 880 mètres (5,5 miles) pour une utilisation en montagne, dans les airs et dans la jungle, a été mis en service, et tout ce qui est plus gros qu'un vélo pouvait le déplacer. Deux types d'obusiers de 105 mm ont été affectés aux divisions d'infanterie. Chaque régiment d'infanterie disposait d'une compagnie de canons d'obusiers M3 de 105 mm à canon court qui tiraient une puissance réduite jusqu'à 7 600 mètres (4,7 miles) pour un soutien direct. L'historien britannique Max Hastings a écrit que l'armée a retiré le M3 de tout sauf de l'infanterie aéroportée à la fin de la guerre, mais cela est incompatible avec les preuves dont dispose l'auteur. Chaque division d'infanterie avait trois bataillons de douze obusiers M2 de 105 mm, un bataillon pour chacun des trois régiments d'infanterie de la division. L'obusier M2 de 105 mm avait une portée d'environ 12 000 mètres (7,5 miles). Le rôle principal de ces canons était le soutien d'un régiment d'infanterie désigné, mais ils pouvaient également tirer en soutien d'autres unités.Le but de cette pratique était d'améliorer l'efficacité de l'équipe d'artillerie/infanterie en faisant habituellement combattre ensemble les mêmes unités, et elle a été largement couronnée de succès. Il y avait une douceur dans cette coopération qui était rarement atteinte avec des bataillons de chars et de chasseurs de chars attachés.

Ces nouveaux canons, en particulier les obusiers M2/M2A1 de 105 mm, étaient supérieurs aux canons français de 75 mm qu'ils remplaçaient en partie en raison de leur portée plus longue, mais aussi parce que le plus gros calibre permettait une charge d'éclatement beaucoup plus importante. Ils étaient également capables de tirer en plongée, ce qui permettait aux canons d'engager des cibles en défiade, contrairement à la trajectoire plus plate des 75 français. Dans la division d'infanterie, leur moteur principal était généralement un camion de 2 ½ tonnes ou un tracteur à grande vitesse M5. Chaque division d'infanterie avait un autre bataillon d'artillerie équipé de l'obusier M1 155 mm tracté avec une portée de près de 14 600 mètres (neuf miles). Ces canons fournissaient un soutien général à la division.

Les artilleurs du 244e bataillon d'artillerie de campagne se préparent à tirer avec leur canon M1A1 de 155 mm à l'appui de la 26e division d'infanterie, le 30 mars 1945. Surnommé le "Long Tom", ce canon a tiré un obus de 127 livres à une portée de 22 000 mètres (13,2 miles ). (Archives nationales)

Des canons plus lourds dans des bataillons séparés étaient attachés aux divisions, aux corps ou aux armées selon les besoins. Le canon M1 de 4,5 pouces, d'une portée de 19 300 mètres (douze milles), était principalement utilisé pour les tirs de contre-batterie. Cependant, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce canon a été retiré du service malgré sa portée exceptionnelle. La charge d'éclatement de sa cartouche manquait de puissance et d'autres canons étaient plus précis. L'obusier M1 de 8 pouces avait une portée de près de 18 000 mètres (onze milles) et a tiré un obus de 200 livres avec une grande précision. Le M1A1 155 mm "Long Tom" pouvait lancer un projectile de 127 livres à une portée de 22 000 mètres (13,7 miles), tandis que le canon M1 de 8 pouces tirait un obus de 240 livres jusqu'à 32 500 mètres (20,2 miles). La plus grosse pièce d'artillerie employée par l'armée contre les forces de l'Axe était l'obusier M1 de 240 mm, qui pouvait tirer des obus de 360 ​​livres jusqu'à une portée de 23 000 mètres (14,3 miles).

Si nécessaire, ces canons plus lourds pouvaient être déplacés par camion, mais ils étaient généralement tirés par le tracteur à grande vitesse M4. De plus, il y avait une version automotrice du Long Tom. Dans des conditions favorables, un bataillon d'artillerie lourde américaine pouvait parcourir jusqu'à 160 milles par jour. Ces véhicules rendaient l'artillerie américaine beaucoup plus mobile que les canons allemands, qui dépendaient encore fortement des chevaux pour se déplacer. Le maréchal allemand Erich von Manstein a commenté l'efficacité des camions américains, même dans la boue du front russe, où ils ont fortement augmenté la mobilité des unités d'artillerie russes.

Un obusier M1 de 8 pouces de la batterie A du 194e bataillon d'artillerie de campagne éclaire le ciel nocturne pendant les combats autour du mont Camino, en Italie, le 3 décembre 1943. (Archives nationales)

Une autre arme qui fournissait des feux d'appui, bien qu'il ne s'agisse ni d'un canon ni affecté à l'artillerie, était le mortier chimique M1 de 4,2 pouces. Son obus hautement explosif avait le même impact que l'obus de 105 mm, et il était souvent utilisé pour compléter d'autres armes de soutien.

Une autre catégorie de canons qui soutenait souvent l'infanterie avec des tirs directs et indirects était ceux montés sur des chasseurs de chars. De manière confuse, ce terme a été utilisé pour décrire à la fois les canons antichars remorqués et ceux montés sur des véhicules à chenilles. L'Amérique a construit plusieurs de ces chasseurs de chars sur un châssis à chenilles avec une tourelle à toit ouvert légèrement blindée. Lorsque l'armée a décidé de construire de tels véhicules, le Wehrmacht effectuait des attaques réussies avec des chars massés. Ces chasseurs de chars très mobiles étaient destinés à se précipiter sur les lieux d'une telle attaque et à en sceller la pénétration. Au moment où les chasseurs de chars étaient prêts à l'emploi, les jours de Guerre éclair étaient terminés, mais ils ont réussi à engager les blindés allemands. Ils étaient également très utiles comme armes de soutien d'infanterie. Leurs canons très précis et à grande vitesse étaient excellents pour engager des fortifications et dans un rôle de tir indirect.

Comme mentionné précédemment, les premiers chasseurs de chars mobiles se composaient de canons de 75 mm montés sur des half-tracks. Un meilleur système était nécessaire rapidement, alors les responsables de l'Ordnance ont décidé d'utiliser les canons et les châssis disponibles. Le M10, le premier chasseur de chars construit à cet effet, a monté un canon naval de 3 pouces (qui était disponible parce que la Marine l'avait progressivement supprimé) sur un châssis Sherman. Bien que ce soit une assez bonne arme, le véhicule était inutilement gros et lent. Le canon du M10 n'avait pas non plus le punch souhaité. Le M10 a finalement été abandonné au profit du M18 (surnommé le "Hellcat"), un véhicule plus petit et plus rapide équipé d'un canon de 76 mm à grande vitesse. L'Allemagne a continué à améliorer ses chars, alors l'armée a développé le M36, qui portait un canon antiaérien de 90 mm. L'armée a distribué le M36 aux bataillons de chasseurs de chars en Europe dans la dernière partie de la guerre.

La plupart des divisions blindées américaines ont déployé trois bataillons d'obusiers standard de 105 mm montés, à l'air libre, sur le châssis d'un M3 Lee ou, plus fréquemment, d'un char M4 Sherman. Ceux-ci ont été désignés M7 et surnommés le « Prêtre » pour leur anneau de mitrailleuses en forme de chaire. Alors que le Sherman était surpassé par les chars allemands en termes de canons principaux et de blindage, il était bien plus fiable sur le plan mécanique que les véhicules allemands comparables, et comme la version non blindée qui transportait la pièce d'artillerie était nettement plus légère que le Sherman, il semblait gérer la boue assez bien par rapport au char Sherman standard. Belton Cooper, un vétéran de la 3d Armored Division et auteur de Deathtraps: La survie d'une division blindée américaine sur la Seconde Guerre mondiale, les considéraient comme l'un des meilleurs équipements de l'armée.

La plus grande pièce d'artillerie de campagne employée par l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale était l'obusier M1 de 240 mm, comme celui de la batterie B, 697th Field Artillery Battalion, montré ici pendant la campagne d'Italie, le 30 janvier 1944. (Archives nationales)

Il n'a fallu que quelques paragraphes pour décrire l'artillerie et les moteurs de l'Amérique parce que l'Amérique a été en mesure de fournir de manière adéquate toutes ses forces avec ces quelques types de canons et de véhicules standard. Ce n'était pas le cas de l'artillerie allemande. Les pénuries de l'Allemagne étaient si graves que l'Allemagne semblait utiliser presque toutes les armes à feu en sa possession. Dans Le jour de la bataille : la guerre en Sicile et en Italie, 1943-1944, Rick Atkinson a écrit que la moitié des la Wehrmacht les pièces d'artillerie sur le front de l'Est étaient des canons français. Le général Hans Eberbach, alors qu'il commandait la 5e armée blindée contre les Britanniques en Normandie, a écrit que son artillerie comprenait des canons de toutes les grandes puissances d'Europe. Il serait difficile d'exagérer les problèmes logistiques que cela a causé. L'acquisition des munitions appropriées, sans parler des tables de tir et autres équipements nécessaires pour maintenir les canons opérationnels, a dû être un cauchemar. Pour ajouter à ses problèmes, les Britanniques à eux seuls avaient six fois plus de canons qu'il pouvait en déployer.

La mobilité de l'artillerie américaine contrastait fortement avec la situation de l'Allemagne. L'excellent livre de R. L. Dinardo, Juggernaut mécanisé ou anachronisme militaire ? Chevaux dans l'armée allemande de la Seconde Guerre mondiale, couvre assez bien le sujet. Le manque relatif de mobilité de l'artillerie allemande a été causé par les limites de l'économie allemande, une planification décousue et le déclenchement des hostilités bien avant l'expansion planifiée de la Wehrmacht était complet. La dépendance à l'égard des chevaux a causé des problèmes substantiels en termes de vitesse de déplacement, de faible capacité de chargement, de rayon d'action court et de nombre disproportionné d'hommes nécessaires pour s'occuper des animaux. L'artillerie hippomobile allemande ne pouvait se déplacer qu'à une vitesse d'environ vingt-cinq milles par jour pendant plusieurs jours avant que les chevaux aient besoin de se reposer. Ces problèmes n'ont été que partiellement atténués par l'utilisation du système ferroviaire allemand. Les bombardements alliés intenses des chemins de fer allemands ont ralenti le mouvement des troupes, de l'équipement et des fournitures. Les raids ont également causé de lourdes pertes en hommes et en matériel.

Une façon d'apprécier l'ampleur des problèmes causés par l'artillerie hippomobile est de noter que l'une des raisons pour lesquelles la Sixième armée allemande n'a pas essayé de sortir de son encerclement à Stalingrad était que la plupart de ses chevaux étaient dans des camps de rééducation au à l'ouest et se trouvaient à l'extérieur de cet encerclement. En conséquence, la Sixième Armée n'aurait pas été en mesure de déplacer ses armes lourdes ou ses munitions lors d'une tentative d'évasion.

Les Trüppenführung, l'énoncé de base de la doctrine de combat de l'Allemagne, déclarait que « l'artillerie doit être utilisée avec une grande mobilité pour atteindre son plein effet. » L'artillerie de l'armée américaine a atteint cet objectif bien mieux que la Wehrmacht ou toute autre armée pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'une des raisons pour lesquelles l'artillerie américaine était si efficace était une bonne observation avancée. Pendant la Première Guerre mondiale, le tir était réglé par des batteries individuelles. Les commandants de batterie ont repéré la chute de leurs obus, généralement d'une tour grossière près des canons. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la direction de tir de l'artillerie allemande et américaine était normalement effectuée au niveau du bataillon. Un centre de direction de tir contrôlait généralement au moins une douzaine de canons, donc une meilleure acquisition de cible et une meilleure observation de la chute des obus que la pratique de la Première Guerre mondiale étaient nécessaires. Dans les combats rapides de la Seconde Guerre mondiale, les observateurs devaient se trouver quelque part à proximité ou avec les troupes soutenues, et ils devaient avoir une communication rapide avec le centre de direction des tirs. Lorsque les troupes se déplaçaient, les téléphones fixes étaient inutiles. Même dans des situations statiques, les téléphones, avec leurs lignes vulnérables, présentaient de sérieuses limitations près des lignes de front. La radio était une solution possible, mais les premières radios AM étaient inconstantes et souvent peu fiables. Major, plus tard général, Anthony C. McAuliffe a étudié les radios FM que la police de l'État du Connecticut avait commencé à utiliser et a convaincu l'armée de développer des radios FM pour véhicules. Ceux-ci ont fourni un signal fort et clair sur une quarantaine de milles. L'Allemagne a développé une famille de radios haute fréquence pour véhicules à usage militaire, mais leurs radios n'étaient pas aussi efficaces que les versions américaines. Au cours de la dernière année de la guerre en Europe, l'Allemagne déployait sa propre famille de radios FM.

L'Amérique a ajouté un autre élément à l'observation avancée : les avions légers précédemment évoqués par Rommel. Initialement, l'Army Air Corps refusa d'écouter les appels des constructeurs d'avions légers à être inclus dans l'effort de guerre. Les avantages étaient si clairs que, presque instantanément, une clameur irrésistible pour leur achat a surgi.

L'avion le plus utilisé par les forces américaines était un Piper Cub légèrement militarisé désigné le L-4. L'avion était peint en vert olive, équipé d'une radio, et modifié avec l'ajout d'un hublot placé en haut du fuselage derrière l'aile. Deux avions ont été distribués à chaque bataillon d'artillerie.

Une équipe d'artillerie du 575e bataillon d'artillerie de campagne charge son canon M1 de 8 pouces près de Berstheim, en France, à la fin de 1944. Le canon de 8 pouces avait la plus longue portée de toutes les pièces d'artillerie de campagne américaines de la guerre : 32 000 mètres (vingt milles) . (Archives nationales)

Répondre en nature au déploiement américain d'observateurs d'artillerie aéroportée n'était pas une option pour les forces de l'Axe. L'Allemagne avait un avion qui aurait servi admirablement, le Fiesler Fi 156 étuve (Cigogne), qui a été conçu en pensant au repérage de l'artillerie. Néanmoins, comme tant d'équipements allemands, il était surconçu et donc trop coûteux pour que l'Allemagne l'utilise aussi largement qu'il aurait dû l'être pour faire la différence dans les capacités allemandes. De plus, la suprématie aérienne alliée les aurait rapidement chassés du ciel.

L'utilisation d'observateurs aériens a résolu le problème du manque d'observateurs au sol. Les troupes opéraient fréquemment dans de petites unités séparées, trop nombreuses pour avoir un observateur avec chacune. L'observateur au sol ne pouvait voir que les cibles proches, laissant certaines unités incapables d'appeler au feu. Les observateurs aéroportés étaient si efficaces que, dans certains cas, le pilote/observateur a dirigé jusqu'à quatre-vingt-quinze pour cent des tirs d'artillerie livrés. Non seulement les cibles pouvaient être observées beaucoup plus clairement depuis les airs, mais des cibles plus loin derrière les lignes de front pouvaient également être engagées.

La simple présence des avions d'observation dans les airs au-dessus des lignes de front a eu pour effet de réprimer sévèrement les tirs ennemis. Cet impact a été observé dans les théâtres européens et du Pacifique. Lorsque les guetteurs étaient en l'air, les batteries ennemies restaient généralement silencieuses ou limitaient leur tir à quelques coups à l'aube et au crépuscule. Ainsi, même après que les lourdes batteries allemandes soient arrivées au front, elles étaient souvent silencieuses.

Quand ils ont été forcés de tirer malgré tout, le tir de contre-batterie a eu un impact catastrophique sur eux. Par exemple, au cours de l'hiver 1944-45, l'Allemagne a tenté de maintenir les Alliés bien à l'ouest du Rhin. Lorsque cette défense s'est effondrée, l'Allemagne a subi de lourdes pertes alors que les troupes tentaient de fuir à travers les quelques ponts disponibles. L'artillerie allemande tenta de ralentir l'avancée américaine et les « postes d'observation aériens firent plusieurs jours de campagne sur les batteries d'artillerie qui tentaient de protéger le passage des Allemands sur la rive est du Rhin. Ces batteries ont été détruites ou réduites au silence.

Les troupes alliées au sol sur tous les théâtres étaient extrêmement reconnaissantes. La preuve la plus dramatique est qu'en 1978, un ancien pilote d'observation de la Seconde Guerre mondiale a reçu une lettre d'un ancien fantassin. Il était sous le feu de l'artillerie japonaise sur l'île de Luzon lorsqu'un avion d'observation est arrivé sur les lieux et a réduit au silence la batterie japonaise par sa simple présence. Il était sûr que le guetteur lui avait sauvé la vie. Des années plus tard, il a réussi à retrouver le pilote pour exprimer personnellement sa gratitude.

L'école d'artillerie de campagne de Fort Sill a également développé le centre de direction de tir pour les bataillons et les brigades d'artillerie des États-Unis en un endroit où les feux pourraient être rapidement affectés et déplacés selon les besoins. Il était de pratique courante de combiner les feux de l'artillerie de deux ou plusieurs divisions adjacentes en appui à une attaque de l'une de ces divisions, puis de déplacer tous les feux vers des attaques successives des autres divisions. Les quatre divisions combattant sur l'épaule nord de la bataille des Ardennes sont allées encore plus loin. Ils étaient soutenus par le feu de 348 canons et d'un bataillon de mortiers de 4,2 pouces. Tous ces canons étaient placés sous la direction du commandant adjoint de la division d'infanterie et tous leurs tirs étaient coordonnés par son quartier général.

Les artilleurs du 244e bataillon d'artillerie de campagne tirent un canon de 88 mm capturé, le 26 décembre 1944. Les forces américaines ont capturé des dizaines de pièces d'artillerie allemande, dont des dizaines de 88 polyvalents, ainsi que des tonnes de munitions à l'été 1944 et ont ensuite utilisé une partie des munitions contre les Allemands. (Archives nationales)

La sophistication de la direction de tir américaine développée à Fort Sill incluait la capacité uniquement américaine à l'époque : avoir plusieurs batteries à tirer des tirs « Time on Target » (TOT). Le centre de direction de tir dirigeant le TOT a diffusé un compte à rebours à toutes les batteries participant au tournage. Chaque batterie a calculé le temps de vol entre ses canons et la cible. Chacun a tiré pendant le compte à rebours à un moment qui a provoqué l'impact simultané des obus initiaux de tous les canons sur la cible. Son effet était bouleversant.

La sophistication de la direction de tir américaine est illustrée dans une anecdote de ma guerre, un mémoire du Dr Don Fusler, un soldat qui a servi dans un équipage de canon antichar de 57 mm. Son unité avait occupé une grande ferme dans l'ouest de l'Allemagne. À trois reprises, des tirs d'artillerie allemande sont tombés sur eux avec une précision suspecte, touchant deux fois des chasseurs de chars et une fois le désordre de l'unité. Un esclave russe leur a dit que lorsqu'ils avaient occupé la ferme, un capitaine allemand y avait été en permission et était resté avec une radio lorsque le reste des défenseurs se sont retirés. Il a été capturé et il avait en sa possession une carte montrant toutes les positions d'artillerie allemande dans la région. Il est remis à l'artillerie divisionnaire qui effectue un tir TOT simultané sur toutes les positions allemandes. Aucune autre artillerie au monde n'aurait pu faire cela à cette époque.

La capacité de coordonner la planification et l'exécution des tirs avec les troupes appuyées, d'observer facilement l'impact des tirs d'artillerie et de déplacer efficacement ces tirs selon les besoins était extrêmement importante. Des études d'avant-guerre avaient clairement montré qu'un effet synergique se produisait lorsque l'infanterie, l'artillerie et les blindés combattaient comme un tout étroitement coordonné. Cela a été confirmé à plusieurs reprises pendant la guerre.

Dans Les lieutenants d'Eisenhower : la campagne pour la France et l'Allemagne, 1944-1945, l'historien militaire américain Russell Weigley fait une grande partie des pénuries de munitions, résultant en grande partie des difficultés à acheminer des munitions de Normandie vers les fronts de combat. Selon Weigley, cela a limité l'efficacité de l'artillerie américaine. Cela semble exagéré. Il a raison de dire que les forces américaines n'avaient pas toujours autant de munitions qu'elles le souhaiteraient parce qu'elles préféraient utiliser leurs canons pour pilonner les positions allemandes. Dans les combats pour la cote 192 à l'extérieur de Saint-Lô, le 2e d'infanterie a tiré à lui seul jusqu'à vingt TOT par nuit pour déstabiliser les défenseurs. Au cours des interrogatoires, les prisonniers de guerre allemands (PG) en France ont fréquemment fait remarquer le volume important de tirs américains qu'ils avaient subis.

Trois artilleurs de la batterie C, 28e bataillon d'artillerie de campagne, 8e division d'infanterie, se préparent à tirer un obus de 155 mm portant l'inscription « Pour Adolph, mauvaise année », 31 décembre 1944. (Archives nationales)

L'efficacité de l'artillerie allemande était limitée par des pénuries de munitions qui éclipsaient celles des Alliés. Même en Russie en 1941, des pénuries de munitions se firent sentir à la fin de l'année. Les unités d'artillerie lourde disposaient généralement d'une cinquantaine de cartouches par canon. Principalement à cause de problèmes d'approvisionnement, l'artillerie allemande soutenant la cinquième armée blindée en Normandie ne pouvait tirer qu'environ dix pour cent de ce que les Britanniques avaient tiré. Les problèmes de production, les bombardements massifs sur les centres de fabrication allemands et l'interdiction aérienne des lignes de communication se sont tous combinés pour entraver sérieusement la capacité de l'Allemagne à acheminer des munitions et d'autres fournitures à ses forces en Afrique, en Italie et dans la campagne européenne.

L'artillerie américaine bénéficiait d'un autre avantage difficilement quantifiable : la qualité supérieure des munitions qu'elle tirait. En 1942, l'Allemagne enrôlait des travailleurs d'âge militaire dans les usines et les usines de munitions et les remplaçait par des prisonniers de guerre et des esclaves. Ce n'étaient pas des remplaçants enthousiastes, d'autant plus qu'ils travaillaient généralement dans des conditions difficiles. Il existe de nombreuses anecdotes sur le sabotage qui ont fait que des obus n'ont pas explosé à des moments cruciaux. L'un des exemples les mieux documentés est décrit par Geoffrey Perret dans Il y a une guerre à gagner : l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. L'Allemagne a déployé des batteries de canons à longue portée de 170 mm contre la tête de pont d'Anzio qui pouvaient tirer au-delà de la portée des tirs de contre-batterie alliés.Cependant, ils n'ont pas causé de dégâts importants car soixante-dix pour cent des obus étaient des ratés.

L'efficacité de l'artillerie américaine connaît un nouvel essor au cours de l'hiver 1944-45. Contre les troupes à découvert ou sans couverture aérienne, les obus qui éclatent juste avant l'impact sont beaucoup plus efficaces que ceux qui touchent le sol avant d'exploser. Normalement, cela est accompli avec une fusée temporisée réglée pour faire exploser la cartouche une fraction de seconde avant qu'elle n'impacte. Obtenir le bon timing peut être délicat et ralentir la cadence de tir. La fusée de proximité, ou à temps variable (VT), faisait automatiquement exploser l'obus au-dessus du sol, simplifiant ainsi le travail des artilleurs. Il était disponible plus tôt dans la guerre, mais la crainte que l'Allemagne ne capture des exemples et procède à l'ingénierie inverse de la fusée à utiliser contre les flottes de bombardiers dévastant le pays a empêché les Alliés de l'utiliser contre des cibles en avant de la ligne de front. Les Alliés prévoyaient de commencer à l'utiliser contre des cibles au sol avec le début de la nouvelle année, mais l'offensive surprise allemande dans les Ardennes, connue plus tard sous le nom de bataille des Ardennes, a accéléré son introduction de quelques jours.

L'artillerie alliée a eu un certain nombre de types d'impacts différents sur la campagne de Normandie et, pris ensemble, leur effet a été énorme. Le fait que les TOT pouvaient baisser sans avertissement à tout moment signifiait qu'il y avait une attrition constante sur les lignes de front. Le front allemand était toujours proche de la rupture, aussi des unités ont-elles été déployées sur ce front dès leur arrivée. Les premières à arriver étaient généralement des unités d'élite bien équipées et elles ont été rapidement écrasées. Par exemple, la 3e division parachutiste bien entraînée est arrivée de sa zone d'entraînement en Bretagne quelques jours après l'invasion. Il a été déployé contre le flanc gauche du secteur américain. Même lorsque le front était relativement calme, le Fallschirmjäger a perdu environ 100 tués et plusieurs centaines de blessés chaque jour. En conséquence, une division d'élite allemande a été sérieusement épuisée avant d'être attaquée par les 2e et 29e divisions d'infanterie près de St Lô. Les divisions Panzer que les Allemands ont également été contraints d'engager dans un rôle défensif ont connu des expériences similaires. En conséquence, les opportunités allemandes de rassembler une force multidivisionnaire d'unités presque complètes pour la contre-attaque massive qu'ils devaient faire pour reprendre l'initiative étaient sévèrement limitées.

Les forces qu'ils pouvaient rassembler pour les contre-attaques ont été pratiquement vaincues avant le début des attaques. L'exemple le plus dramatique a eu lieu dans le secteur britannique. Trois divisions Panzer complètes sont arrivées de Belgique et de Pologne et se sont rassemblées près de Caen. Ils ont été chargés de couper la route Caen-Bayeux. Leurs zones de rassemblement ont été tellement rasées par l'artillerie américaine et britannique que l'attaque a démarré tardivement et a été annulée moins de vingt-quatre heures plus tard. Au cours des attaques de l'artillerie américaine, les canons américains ont neutralisé les armes servies par l'équipage, détruit les ouvrages défensifs et empêché l'infanterie ennemie d'équiper ses défenses jusqu'à ce que les incendies soient levés.

Dans d'autres cas, ce qui aurait dû être des succès allemands a été déjoué par la ténacité des hommes au sol, appuyés par un appui d'artillerie très important. Par exemple, après la prise d'Avranches et la percée de la tête de pont normande, les Allemands lancèrent l'opération Lüttich, une tentative téméraire pour couper les fers de lance américains pénétrant désormais profondément en France. Le plan était de conduire des environs de Falaise à la côte du golfe de Saint-Malo. Les Allemands ont fait quelques premiers progrès jusqu'à ce qu'ils atteignent la ville de Mortain, où un bataillon de la 30th Infantry Division occupe la colline 317. Pendant trois jours, les Allemands tentent de s'emparer de la colline, mais le bataillon, aidé par des rideaux de tir d'artillerie, tient les enlever. C'était un exemple de l'artillerie « posant des murs solides d'acier chaud devant les positions défensives américaines » tout en appelant à des concentrations de troupes allemandes à des kilomètres à la ronde.

Plus tard dans la bataille des Ardennes, l'artillerie a fourni la même protection. De plus, il a entravé les attaques allemandes en séparant l'infanterie de son blindage d'accompagnement. Les chars non soutenus par l'infanterie étaient régulièrement abattus par les canons antichars américains et les bazookas.

Les avantages que les armées des Alliés occidentaux avaient sur les Allemands ne se limitaient pas à l'excellence de leur artillerie. Certains de ces avantages sont bien compris et d'autres moins. Par exemple, il n'y a pas grand-chose dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale sur le fait que les Allemands n'ont jamais développé les groupes de cavalerie qui ont donné aux Alliés une excellente capacité de reconnaissance. Pendant les combats de Mortain, il y avait une grave brèche dans les lignes américaines. Les Allemands auraient pu glisser latéralement l'axe de leur progression dans cette brèche mais ils ne l'ont jamais découvert. Les avantages de la supériorité aérienne lors des campagnes européennes étaient cruciaux et ce sujet est bien développé ailleurs.


Voir la vidéo: Les armes secrètes de la Seconde Guerre mondiale - HDG #15 (Mai 2022).