Podcasts sur l'histoire

30 novembre 1939

30 novembre 1939


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

30 novembre 1939

Novembre

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930
>Décembre

Guerre d'hiver

L'Union soviétique envahit la Finlande. Des combats ont lieu au nord du lac Ladoga

Des bombardiers soviétiques attaquent Helsinki



Première revue des Folies Bergère

Autrefois salle d'opérettes, de pantomime, de réunions politiques et de vaudeville, les Folies Berg&# xE8re à Paris présente une revue élaborée mettant en vedette des femmes en costumes sensationnels. La très populaire Place aux Jeunes a fait des Folies le premier lieu de la vie nocturne à Paris. Dans les années 1890, les Folies suivent le goût parisien pour le strip-tease et se font rapidement une réputation pour leurs spectaculaires spectacles de nus. Le théâtre n'a épargné aucune dépense, mettant en scène des revues mettant en vedette jusqu'à 40 décors, 1 000 costumes et une équipe hors scène d'environ 200 personnes.

Les Folies Berg&# xE8re remonte à 1869, lorsqu'il a ouvert ses portes comme l'un des premiers grands music-halls de Paris. Il a produit des opéras légers et des pantomimes avec des chanteurs inconnus et s'est avéré un échec retentissant. Un plus grand succès est venu dans les années 1870, lorsque les Folies Berg&# xE8re ont organisé du vaudeville. Parmi d'autres artistes interprètes ou exécutants, les premiers spectacles de vaudeville présentaient des acrobates, un charmeur de serpents, un kangourou de boxe, des éléphants formés, l'homme le plus grand du monde, et un prince grec qui était couvert de tatouages ​​prétendument comme punition pour avoir tenté de séduire le Shah de Perse&# x2019s fille. Le public a été autorisé à boire et à socialiser dans le théâtre&# x2019s jardin intérieur et zone de promenade, et les Folies Berg&# xE8re sont devenus synonymes des tentations charnelles de la capitale française. Des tableaux célèbres de &# xC9douard Manet et Henri de Toulouse-Lautrec ont été mis dans les Folies.

En 1886, les Folies Berg&# xE8re passent sous une nouvelle direction qui, le 30 novembre, organise le premier spectacle de music-hall de style revue. La Place aux Jeunes, mettant en scène des filles de choeur en tenues légères, a été un immense succès. Les femmes Folies portaient progressivement de moins en moins à mesure que le 20e siècle approchait, et le spectacle&# x2019s costumes et décors sont devenus de plus en plus scandaleux. Parmi les artistes qui ont fait leurs débuts aux Folies Berg&# xE8re étaient Yvette Guilbert, Maurice Chevalier et Mistinguett. La danseuse et chanteuse afro-américaine Joséphine Baker a fait ses débuts aux Folies en 1926, descendue du plafond dans une sphère couverte de fleurs qui s'est ouverte sur scène pour la révéler vêtue d'un string orné de bananes.


Winston Churchill est né

Winston Leonard Spencer Churchill, le leader britannique qui a guidé la Grande-Bretagne et les Alliés à travers la crise de la Seconde Guerre mondiale, est né au palais de Blenheim dans l'Oxfordshire, en Angleterre.

Churchill venait d'une famille prestigieuse avec une longue histoire de service militaire et a rejoint le British Fourth Hussars à la mort de son père&# x2019s en 1895. Au cours des cinq années suivantes, il a connu une illustre carrière militaire, servant en Inde, au Soudan et dans le Sud Afrique, et se distinguant plusieurs fois au combat. En 1899, il a démissionné de sa commission pour se concentrer sur sa carrière littéraire et politique et en 1900, il a été élu au Parlement en tant que député conservateur d'Oldham. En 1904, il a rejoint les libéraux, occupant plusieurs postes importants avant d'être nommé Premier Lord de l'Amirauté britannique en 1911, où il a travaillé pour préparer la marine britannique à la guerre qu'il prévoyait.

En 1915, au cours de la deuxième année de la Première Guerre mondiale, Churchill a été tenu pour responsable des campagnes désastreuses des Dardanelles et de Gallipoli, et il a été exclu du gouvernement de coalition de guerre. Il démissionne et se porte volontaire pour commander un bataillon d'infanterie en France. Cependant, en 1917, il revient en politique en tant que membre du cabinet du gouvernement libéral de Lloyd George. De 1919 à 1921, il est secrétaire d'État à la guerre et retourne en 1924 au Parti conservateur où, deux ans plus tard, il joue un rôle de premier plan dans la défaite de la grève générale de 1926. Hors de ses fonctions de 1929 à 1939, Churchill publie avertissements ignorés de la menace d'agression allemande et japonaise.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe, Churchill a été rappelé à son poste de Premier Lord de l'Amirauté et huit mois plus tard, il a remplacé l'inefficace Neville Chamberlain en tant que Premier ministre d'un nouveau gouvernement de coalition. Au cours de la première année de son administration, la Grande-Bretagne était seule contre l'Allemagne nazie, mais Churchill a promis à son pays et au monde que le peuple britannique ne se rendrait jamais.&# x201D Il a rallié le peuple britannique à une résistance résolue et a savamment orchestré Franklin D Roosevelt et Joseph Staline dans une alliance qui a finalement écrasé l'Axe.

En juillet 1945, 10 semaines après la défaite de l'Allemagne&# x2019, son gouvernement conservateur a subi une défaite électorale contre Clement Attlee&# x2019s Parti travailliste, et Churchill a démissionné de son poste de premier ministre. Il devient chef de l'opposition et en 1951 est de nouveau élu Premier ministre. Deux ans plus tard, il est fait chevalier par la reine Elizabeth II et reçoit le prix Nobel de littérature pour son étude historique en six volumes de la Seconde Guerre mondiale et pour ses discours politiques. En 1955, il a pris sa retraite en tant que Premier ministre mais est resté au Parlement jusqu'en 1964, l'année avant sa mort.


30 novembre 1939 - Histoire

Varsovie bombardée

Les Soviétiques ont exigé que la Finlande lui cède un territoire près de la frontière, affirmant qu'il était nécessaire à la défense soviétique. Les Fins refusèrent, alors le 30 novembre 1939, les Soviétiques envahirent. Les Soviétiques s'attendaient à une victoire rapide. Ils avaient trois fois plus de troupes, 30 fois plus d'avions et 100 fois plus de chars. Cependant, les purges de l'armée soviétique au cours de la décennie précédente avaient privé les Soviétiques d'un grand nombre de leurs officiers expérimentés et blessé le moral, tandis que l'armée finlandaise était bien dirigée et très motivée.

La principale défense finlandaise était une série de fortifications appelée la ligne Mannerheim. Les Fins ont déployé une partie de leurs troupes entre la ligne et la frontière soviétique pour harceler et retarder l'avancée des troupes soviétiques. Le 6 décembre, toutes les troupes finlandaises s'étaient retirées sur la ligne. Les Soviétiques ont tenté à plusieurs reprises de percer la ligne Mannerheim et ont été repoussés à chaque fois. Dans une série de batailles avec des noms tels que la bataille de Suomussalmi et la bataille de la route de Raate, les Fins ont utilisé des tactiques supérieures, une meilleure connaissance du terrain et une meilleure capacité à combattre dans le froid et la neige pour vaincre des forces soviétiques beaucoup plus importantes.

Début février, les Soviétiques commencèrent à changer de tactique tout en affluant de plus en plus de troupes pour faire face à l'armée finlandaise épuisée. Le 15 février, les Finlandais ordonnèrent un retrait partiel de la ligne Mannerheim vers la ligne de défense suivante alors que les Soviétiques avançaient. Pendant ce temps, il y avait une nouvelle tentative de négociations. L'armée finlandaise était épuisée et dépassée en nombre, tandis que les Soviétiques étaient gênés et craignaient une éventuelle intervention britannique ou française. Le 12 mars 1940, un accord de paix officiel fut signé à Moscou mettant fin à la guerre d'hiver. Les Finlandais ont été contraints de céder plus de territoire aux Soviétiques que ce que les Soviétiques avaient initialement demandé avant la guerre.


The Crescent Times (Crescent, Okla.), Vol. 33, n° 8, éd. 1 jeudi 30 novembre 1939

Journal hebdomadaire de Crescent, Oklahoma, qui comprend des nouvelles locales, nationales et nationales ainsi que de la publicité.

Description physique

huit pages : ill. page 16 x 11 po. Numérisé à partir de 35 mm. microfilm.

Informations sur la création

Le contexte

Cette un journal fait partie de la collection intitulée : Oklahoma Digital Newspaper Program et a été fournie par l'Oklahoma Historical Society à The Gateway to Oklahoma History, un référentiel numérique hébergé par les bibliothèques de l'UNT. Il a été vu 398 fois. Plus d'informations sur ce problème peuvent être consultées ci-dessous.

Personnes et organisations associées à la création de ce journal ou à son contenu.

Éditeur

Éditeur

Publics

Nous avons identifié ce un journal comme un source principale au sein de nos collections. Les chercheurs, les éducateurs et les étudiants peuvent trouver cette question utile dans leur travail.

Fourni par

Société historique de l'Oklahoma

En 1893, les membres de l'Oklahoma Territory Press Association ont formé l'Oklahoma Historical Society pour conserver un dossier détaillé de l'histoire de l'Oklahoma et la préserver pour les générations futures. L'Oklahoma History Center a ouvert ses portes en 2005 et opère à Oklahoma City.


Le 30 novembre 1939, les forces massives de l'Union soviétique ont été déchaînées contre l'une des petites démocraties les plus viables d'Europe, entraînant en 1944 la perte du 1/10e de la Finlande - la majeure partie de la Carélie - au profit du monstre de l'URSS. Ce fut l'un des hivers les plus froids depuis des décennies, et même Hitler a reporté l'invasion de la France. Cette guerre s'appelait "la guerre d'hiver". La Société des Nations reconnaît l'action de 1939 comme une agression et expulse l'URSS. Cette action, et l'inaction à suivre, sonnent le glas de la Ligue.

Les deux films à regarder sont Unknown Soldier et Winter War, présentés ici dès qu'ils sont disponibles. Notez que les croix gammées finlandaises de 1918 ont été offertes en cadeau avec le premier avion militaire finlandais par le comte suédois Eric von Rosen. Les Allemands l'ont pris et l'ont incliné de 45 degrés et c'est devenu le symbole le plus détesté. Films archivés de YLE Finlande.

Battlefield : Winter War 30 novembre 1939

Tuntematon Sotilas : Soldat inconnu, Väinö Linna Basé sur le régiment Jaeger de mon père. A 0h37 les Finlandais attaquent en bateaux. C'est comme ça que mon père sérieusement s'est blessé aux jambes dans l'eau froide au large de Rahmansaari.

Guerre soviétique finlandaise Des éclaireurs finlandais tendent une embuscade à la force soviétique

Guerre soviétique finlandaise - attaque de traversée de rivière de l'armée finlandaise

Guerre soviétique finlandaise - guerre des tranchées En 1941, les Finlandais récupèrent la Carélie perdue. Trois villes.

Brewster Buffalo dans l'armée de l'air finlandaise Sous-propulsé, cet avion a été un gros échec, jusqu'à ce que les Finlandais s'en emparent. Les Finlandais ont reçu 44 de ces Brewsters "rejetés" pendant la guerre d'hiver, dépouillés. Ils lui ont collé un moteur radial de 900 CV et le reste appartient à l'histoire. La croix gammée de niveau est finlandaise. Les Allemands l'ont pris et l'ont incliné de 45 degrés.

La croix gammée finlandaise est venue avec le premier avion, un cadeau de la Suède en mars 1918. Le brassard blanc a été utilisé pendant la guerre civile qui s'est terminée en avril.

Le Brewster était un désastre pour la marine américaine.

Sota 1939 4/5

Guerre d'hiver - Bataille des lacs gelés

DVD du film Talvisota

Visite exclusive du musée finlandais de l'aviation

Suomi m/31 - L'excellente mitraillette finlandaise.

Mon père m'a tout dit. Encore et encore. Il était là.
Pertes révisées à partir des chiffres les plus récents - Pertes finlandaises et soviétiques.
C'était la deuxième fois (1918) que les Finlandais luttaient contre le socialisme et gagnaient
liberté pendant cent ans tandis que les Russes devenaient esclaves de l'État.

Guerre aérienne au-dessus de la Finlande


Finlande héroïque par David Hinshaw pages 192-3

Attaque soviétique, la guerre d'hiver commence

Bombardement aérien et évacuation. La Finlande a été abandonnée à Staline.

La guerre commence en Laponie orientale. Les Finlandais détruisent l'ennemi. (Ailette.)

Staline et Hitler avaient divisé l'Europe, et la Finlande a été donnée à l'Union soviétique et Staline avait l'intention de commencer des opérations pour incorporer la Finlande à la Russie. Tous les livres d'histoire n'énoncent pas cette vérité aussi crûment, mais c'est exactement comme cela que cela s'est passé. La plupart du temps, des excuses sont faites pour le comportement inexcusable de Staline, et selon les Russes d'aujourd'hui, ils n'ont jamais attaqué personne. La guerre avec la Finlande était la faute de la Finlande et ils méritent de perdre leur précieuse Carélie. Les Russes ont encore des cérémonies pour commémorer la libération soviétique de la Carélie des « nazis ». La question est, s'ils l'ont libéré des nazis, pourquoi alors maintenant la Carélie devait-elle être libérée des Russes ? Le "Level Svastika" de la Finlande n'est pas un symbole nazi. Il a été un symbole finlandais pendant de nombreuses années avant la guerre et des milliers d'années auparavant dans le monde entier. La croix gammée de l'armée de l'air finlandaise a été adoptée lorsque le comte suédois Eric von Rosen a fait don du premier avion au gouvernement finlandais nouvellement formé, orné de son symbole de bonne chance personnel à croix gammée bleue. C'était le symbole de l'armée de l'air finlandaise depuis l'indépendance en 1918. Croix gammée de niveau finlandais

D'autres accords sont également conclus avec Staline. La Pologne est abandonnée.

Nous avons récemment reçu des photos inédites de la Carélie orientale sur cette page, grâce à la fille de M. Oras qui m'a contacté avec des photos étonnantes de la guerre. Plutôt que de voir les photos partir dans les archives finlandaises et oubliées, elle a sagement décidé de les présenter au public de l'internaute. Les photos sont si précieuses parce qu'elles ont été prises au plus profond de la Carélie soviétique - la terre que les Finlandais revendiquent pour des raisons ethniques.

Il s'agit de l'épopée historique de la vie et de la lutte à mort d'un petit pays et seulement d'une petite armée finlandaise contre le puissant « Empire du Mal ». C'est l'histoire de la volonté obstinée de rester libre, enrôlant l'aide du Tout-Puissant dans la tâche surhumaine, et nous avons des images d'hommes priant avant la bataille. Ça a marché. Les parents de l'écrivain résidaient à Viipuri, (Vyborg), une ancienne ville forteresse finlandaise, que les Russes prétendent maintenant être la leur depuis toujours. Ils étaient juste en train de « le rendre à ses propriétaires légitimes ». La forteresse de Viipuri a été construite en 1293 pour repousser les envahisseurs russes et empêcher leur expansion vers l'ouest. Il a fallu quatre cents ans à ces Slaves de l'Est (pas à un peuple côtier) pour enfin occuper les zones côtières afin de pouvoir construire Saint-Pétersbourg, qui était désormais « trop proche » de la Finlande. Les Finlandais n'étaient-ils pas là les premiers ? Si vous avez construit votre maison trop près de la mienne, qui devrait déménager ?

L'armée soviétique a traversé la frontière finlandaise lorsque les "négociations" ont échoué concernant les demandes territoriales russes alors que Staline savait très bien qu'il venait de conclure un traité de paix avec Hitler. Il a affirmé qu'il était nécessaire comme tampon contre Hitler. Cela n'aurait pas eu d'importance si la Finlande avait accordé à la Russie le territoire qu'elle réclamait. Comme Chamberlain et Hitler, il aurait simplement donné à Staline un territoire pour lequel il n'avait pas à se battre. La carte provient de : Vetres ou "Vantaan veteraani- ja reserviläisjärjestäijen yhteistyötoimikunta" - Vantaa (Helsinki) Verteran's and the Reservist's Committee.

Comme Chamberlain, qui a peut-être été un sympathisant nazi, Churchill est lui aussi tombé dans l'illusion, au détriment de toute l'Europe de l'Est et de la Finlande. (Faisons semblant que Staline est un gentleman et peut-être qu'il sera notre ami pour toujours.) Certains croient que la Charte de l'Atlantique est la clé pour défaire les saisies territoriales par la Russie. Dans ce traité, les Soviétiques ont convenu, avec de nombreux autres pays, de ne pas étendre le territoire dans cette guerre. En retour, l'URSS a reçu de vastes quantités d'équipements et d'aides militaires, qu'elle a retournés contre la Finlande dans son expansion territoriale. Alors que l'Occident se battait pour « libérer » l'Europe, Staline avait d'autres choses en tête dans son esprit schizophrène sournois.

Espérant que la Finlande choisirait d'apaiser Staline avec des dons de terres, les Russes tentèrent de convaincre les Finlandais d'abandonner. Déjà l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie avaient été annexées par les armées soviétiques et la Finlande était la suivante. Churchill et Roosevelt prétendaient qu'ils renonçaient à leur souveraineté de leur plein gré. Les Alliés avaient cédé l'Europe de l'Est et les pays baltes à un dictateur génocidaire impitoyable pour sauver la Grande-Bretagne et la France et détruire Hitler.

Staline tenta en vain d'amener les Finlandais à le laisser s'emparer du pays sans résistance. Après tout, il est judicieux de ne pas risquer une guerre et des pertes, alors qu'il serait peut-être possible d'intervenir et de prendre le relais. Otto Ville Kuusinen, le traître communiste finlandais qui s'est échappé de l'autre côté de la frontière en 1918, a imaginé que Leningrad était trop proche. Staline aimait l'idée. C'était une excuse parfaite, après tout, qui peut blâmer quelqu'un d'essayer de se protéger ? Encore aujourd'hui, de nombreux historiens répètent cette ligne, que la frontière finlandaise était trop proche de Leningrad et c'est pourquoi Staline n'avait d'autre choix que d'attaquer. Dans un monde civilisé où les frontières sont toujours « trop proches » d'une zone peuplée, ce n'est pas une excuse pour attaquer. Les Finlandais connaissaient mieux Staline que ses alliés, ayant assassiné des milliers de Finlandais en Carélie orientale avant la guerre, venus de Finlande et même d'Amérique pour participer au "paradis des travailleurs". C'est une honte que, même aujourd'hui, le système marxiste qui ne fonctionne jamais et ne fonctionnera jamais soit imposé aux jeunes Américains sans méfiance dans les universités.

Un fait bien connu en Finlande était que la Finlande ne serait jamais assez stupide pour attaquer la puissante Union soviétique, ni constituer une menace pour Léningrad. La Finlande avait pris cet engagement et, de façon réaliste, une telle décision serait de toute façon un suicide. Pendant la guerre, la Finlande n'a même pas été impliquée dans le siège de Leningrad avec Hitler, bien qu'il leur ait été facile de le faire en 1941 depuis le nord. Ils n'ont pas non plus tenté de perturber le flux de nourriture vers Léningrad via les ports du nord. Cette idéologie d'être une menace pour l'Union soviétique était suicidaire et aucun dirigeant n'a jamais épousé une telle absurdité, et certainement pas Fieldmarshall Mannerheim. Pour ces raisons, l'auteur rejette la proposition selon laquelle la Finlande représentait une plus grande menace pour l'Union soviétique que tout autre pays frontalier. Désormais, la Finlande fera tout pour rétablir ses frontières, et considère toutes les actions entre 1939 et 1944 comme une seule : la lutte pour la liberté, que Churchill et Roosevelt refusent d'accepter après 1941. Les Soviétiques sont désormais leurs alliés. Le communisme était bon, et Roosevelt était en fait un communiste de placard. Les deux hommes pensaient que la Finlande devrait abandonner et devenir communiste, sauf que les Finlandais n'étaient pas d'accord.

Roosevelt a demandé à Goldwyn de produire un film pro-soviétique "North Star" (1943) que M. Herst a refusé d'approuver, il l'a appelé dans les gros titres "Propaganda soviétique sans mélange". Il avait raison.

Cependant Staline aimait son idée de "frontière trop proche" et voulait faire d'Otto Ville Kuusinen le chef d'une Finlande communiste après l'annexion. Bien sûr, il devait convaincre le monde qu'il ne l'utilisait pas seulement comme excuse. C'était la chance qu'attendait Staline : la domination de la Baltique orientale. Les dirigeants soviétiques pensaient qu'ils pourraient prendre la Finlande en environ deux semaines, alors ils ne se sont même pas embêtés à trop se préparer. Pourquoi Staline n'a-t-il pas occupé la Finlande en 1940 ?

Clip de guerre d'hiver

L'écrivain, dont le père venait de rejoindre l'armée finlandaise à l'été 1939, pense que la plupart des gens sont fatigués des films de propagande et des livres d'histoire qui omettent le génocide de « l'oncle Joseph » et amplifient simplement la défaite de Staline contre Hitler. "Hitler a attaqué la Pologne" est imprimé dans de nombreux livres d'histoire sans mentionner que Staline a également attaqué. Hitler et Staline étaient partenaires dans le crime, et ils doivent tous deux partager la responsabilité du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. C'est trouver des excuses pour un meurtre que de dire que Staline l'a fait pour se préserver ou quoi que ce soit d'autre. Y a-t-il une excuse valable ? La culpabilité de la Finlande est nulle. Dans l'histoire d'après-guerre, Staline devient bon et la Finlande devient un mauvais pays qui doit être puni pour avoir essayé de rester libre. En 1944, Churchill a averti la Finlande d'arrêter les hostilités avec la Russie ! Ce serait capitulation, et hors de question. Churchill aurait pu jouer le rôle d'arbitre au lieu de prendre parti, et peut-être que Karelia aurait pu être restituée à ses propriétaires légitimes. Les films de propagande préparaient le peuple américain à positionner Staline sous un jour favorable, tandis qu'on disait aux Britanniques que Staline était bon maintenant. Ils ne comprenaient ni Staline ni le communisme. Bien qu'ils aient condamné l'agression soviétique contre la Finlande en 1939, cette agression était, après 1941, considérée comme légitime parce que la Finlande est devenue, à son insu, l'alliée d'Hitler. Je dois souligner ici que ce n'était pas par choix mais par survie, et la Grande-Bretagne et les États-Unis ont pratiquement forcé la Finlande à accepter l'aide nazie en ne faisant rien pour la Finlande. Non seulement l'attaque de 1939 contre la Finlande n'était pas légitime, mais c'était aussi une attaque contre les autres membres de la Société des Nations, y compris la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis qui auraient dû agir immédiatement. Voir la relation d'avant-guerre de Churchill avec Mannerheim.

La Finlande n'était pas le seul pays abandonné par les alliés occidentaux. Le monde devrait juste être conscient d'une chose : la Finlande, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, entre autres, ont été victimes de Staline et rien n'a été fait à ce sujet. Il est ironique que leurs attentes et ce qu'ils ont obtenu de Staline après la guerre soient totalement différents. Je me demande si la surprise leur a appris un peu ce que ressentaient tous ces pays qu'ils ont abandonnés à Staline. La seule chose que ces pays auraient pu faire était de résister à Staline, auquel cas ils auraient été qualifiés de fascistes. La Russie appelle la Finlande fasciste parce que la Finlande combattait la Russie avec Hitler. Depuis que Staline s'est allié à Hitler en 1939, cela signifierait-il que la Finlande a été attaquée par les fascistes ? On pourrait retourner cette logique contre la Russie qui prétend aujourd'hui que la Carélie a été libérée des fascistes parce que la Finlande a reçu l'aide d'Hitler.

L'écrivain demande : s'il est mal pour Hitler et Staline de diviser l'Europe, pourquoi était-ce bien pour Staline, Churchill et Roosevelt ? Ces accords n'auraient jamais dû être conclus puisque tous étaient signataires de la Charte de l'Atlantique qui interdisait les modifications territoriales. Si cette action d'annexer la Carélie était illégale, alors pourquoi les anciens membres de la Ligue l'ont-ils permis à la fin de la guerre ? Ce que les Alliés ont fait était donc illégal, et la Carélie appartient toujours à la Finlande ! Churchill et Roosevelt n'avaient pas le droit d'accepter cet accaparement des terres. Les entreprises et les biens appartiennent toujours à leurs propriétaires légitimes, qui attendent leur retour. L'Union soviétique, signataire de l'uCharter de l'Atlantique, ne pouvait pas augmenter en taille aux dépens des autres nations. C'est un point clé dans toute négociation future pour rapatrier la Carélie à ses propriétaires légitimes.

Recevant une grande admiration à l'étranger, le peuple finlandais est devenu un exemple pour toutes les petites nations du monde qui sont harcelées par de plus grands pays déterminés à justifier leurs fins par la force. Du point de vue de l'auteur et d'un fait historique, la guerre était la faute de la Russie. Pourtant, la Finlande (contrairement à la propagande qui circule encore aujourd'hui, était la cible de l'agression soviétique) a été mise à payer cher, ce qui était la faute de Roosevelt et Churchill (Dieu ait leurs âmes).

Pour les dirigeants russes, le peuple carélien oriental est un groupe ethnique distinct du peuple finlandais, ce sont des Finlandais qui appartiennent à une « Grande Finlande ». Entre 1941 et 1944, l'éducation est passée du russe au carélien, ce qui aurait sauvé la culture de l'extinction. À la fin, avec la force écrasante de l'artillerie espacée tous les 300 pieds et face à une éventuelle défaite, la Finlande a signé un accord de paix. Aucune tentative n'a été faite par les Alliés pour intervenir et sauver nos maisons dans l'ouest de la Carélie (finlandaise). Au lieu de cela, la Finlande a reçu des avertissements pour cesser de résister à Staline. Pour amener la Finlande au cessez-le-feu, la Russie a employé la plus grande concentration d'artillerie de l'histoire de la guerre. Le résultat fut que la Finlande resta libre mais perdit la Carélie, sa province la plus aimée, et la destruction et la dispersion de sa structure généalogique. Antti et Meeri, les parents de l'écrivain, faisaient partie de ceux qui ont dû quitter leur foyer. Cela a été accepté par les Alliés, un acte qui vivra dans l'infamie pour toujours. Bien qu'extasiés par leur victoire sur Hitler, les civils d'Amérique et de Grande-Bretagne ont condamné ces actions et d'autres actions imprudentes et génocidaires en Europe par leurs dirigeants. Les dures conditions de paix en 1944 étaient la faute des Alliés et la victime de l'agression était la Finlande.

, En fin de compte, Staline a obtenu la plupart des pays qu'il avait prévu d'obtenir avec Hitler. La Grande-Bretagne et les États-Unis s'étaient alliés à l'URSS et avaient inversé leur position sur la Finlande. Maintenant, Staline partageait l'Europe avec ses nouveaux alliés à la place d'Hitler. C'était une trahison envers toutes les nations que Staline voulait occuper, y compris la Pologne, le pays que la Grande-Bretagne avait promis d'aider, coûtant 6 millions de vies.

Staline avait essayé mais n'avait pas réussi à transformer la Finlande en un État fantoche en 1918. Son véritable objectif en attaquant la Finlande était d'accomplir la tâche ratée. En août 1939, Staline fit enregistrer au peuple finlandais comment il s'apprêtait à le sauver des capitalistes. Suomi Beauté. Tout ce que voulait Staline, c'était une zone tampon contre les nazis. C'était la raison officielle pour attaquer la Finlande, une que les livres d'histoire énoncent sans aucun doute. Ce n'est pas une mauvaise excuse pour annexer un voisin, et certains peuvent argumenter en faveur de la "position" de Staline. Mais ce n'était, comme vous pouvez le voir par la preuve du véritable mobile de Staline, qu'une excuse utilisée par lui en 1939 et les Alliés en 1944 pour perpétrer ce crime contre le peuple finlandais. Ce n'est pas la première fois dans l'histoire que cette excuse est utilisée en cas d'agression, c'est assez courant.

Dans cette page, vous ne trouverez pas de sympathie pour de telles actions, ni pour les actes inadmissibles commis dans leur tribunal kangourou contre le peuple de Finlande et d'Europe de l'Est par trois hommes. L'idée que d'une manière ou d'une autre la Finlande était coupable d'une manière ou d'une autre dans ses actions militaires contre la force écrasante des Soviétiques et leurs objectifs concernant l'annexion de la Finlande, et donc la Finlande méritait la perte de la Carélie et les termes durs est absurde. Depuis Churchill, Roosevelt et Staline l'ont dit, cela doit être vrai : la Finlande est une nation agresseuse et doit être punie. La vérité est que les alliés voulaient plaire à Staline, et ce que Staline voulait que Staline obtienne, ce qui est assez clair pour quiconque veut le voir. Les cadeaux qu'il a reçus dans la région baltique étaient : la Carélie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne. Que vous pensiez ou non que la Russie avait une revendication légitime sur la Carélie, une chose est claire : les objectifs russes dans cette région étaient de dominer la Baltique par l'annexion de ces pays. Les objectifs atteints par l'agression, à savoir l'annexion de la Carélie par la rupture des traités, doivent être inversés et les personnes déplacées de Carélie doivent être renvoyées dans leurs foyers. Le temps ne diminue pas le besoin de justice. Les criminels ne doivent pas profiter de leurs crimes, et les gardiens de la justice dans le monde doivent corriger leurs erreurs en matière de génocide et d'annexion territoriale. La Finlande est innocente de toutes charges, et l'heure est aux compensations : le retour de la Carélie et l'indemnité injustement prélevée sur le peuple. La position de la Russie.

On estime qu'un million de Soviétiques ont été blessés ou sont morts sur le sol finlandais lors de l'attaque de la Finlande au cours de l'hiver 1939-40. Les sources occidentales sous-estiment souvent grossièrement les pertes soviétiques. Celles-ci étaient le résultat de la propagande soviétique lorsqu'ils voulaient minimiser leurs pertes signalées. Plus tard, bien sûr, quand ils ont voulu de la sympathie, ils ont augmenté leur nombre. L'écrivain n'essaie pas de donner une image complète de la guerre d'hiver à un armistice. Au lieu de cela, ces pages comblent les lacunes d'informations laissées de côté par d'autres pour diverses raisons. Parfois, l'information n'existe que dans les archives, les vieilles photos, ou elle n'est pas considérée comme suffisamment politiquement correcte pour être imprimée. Il y a quelques photos russes sensibles qui ont été trouvées laissées par l'avancée de l'armée finlandaise en 1941. Vous les trouverez ainsi que le récit de première main d'une phase de la guerre de continuation autour du lac Laatokka (Ladoga) comme documenté dans la famille
1941 album photos.

Staline et Hitler ont déclenché la Seconde Guerre mondiale lorsqu'ils ont attaqué et occupé la Pologne. Le 23 août 1939, Staline et Hitler se partagent l'Europe de l'Est dans un pacte secret. La Finlande a été placée dans la "sphère d'influence" soviétique avec l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Le pacte a été suivi de l'invasion de la Pologne par Hitler. L'Armée rouge de Staline est venue au « secours de la Pologne » et a envahi la Pologne par l'Est le 17 septembre 1939. Les historiens laissent commodément de côté les invasions soviétiques en Europe, en particulier celle de la Pologne et des États baltes. « Les archives de couleurs perdues de la Seconde Guerre mondiale » de History Channel montre Hitler attaquant et occupant la Pologne, mais ne mentionne pas l'occupation de la moitié orientale par Staline. Bien que cet oubli puisse être assez innocent, il est grave. Les trois petits pays baltes ont ensuite été occupés / envahis par les Soviétiques conformément à l'accord et plus tard incorporés à l'URSS par des élections "à l'unanimité". La Finlande était la suivante. Staline offrit un gâteau à la Finlande : la cerise sur le gâteau était les préoccupations « légitimes » de l'U.R.S.S., tandis qu'en dessous se trouvait un noyau pourri constitué des vrais motifs : l'annexion. La Finlande avait le choix : céder du terrain (Carélie) et ensuite être attaquée, ou se dresser contre l'agresseur. D'un point de vue tactique, il n'y avait vraiment pas le choix. La Finlande n'avait aucun désir d'être la zone tampon occupée par qui que ce soit.

Après que les Soviétiques eurent commencé des opérations militaires avec Hitler, ils demandèrent des ajustements mineurs à la frontière sur l'isthme de Carélie et le bail de la péninsule de Hanko à l'embouchure du golfe de Finlande en échange d'une tranche de Carélie orientale. Aucune loi internationale ne stipule qu'un pays doit donner des terres à un autre pays pour des raisons défensives, et la Finlande était en droit de refuser. Paasikivi et Tanner, les négociateurs de la Finlande, ont estimé que les territoires demandés étaient d'importance militaire et ont refusé la proposition de Staline. Ils ne faisaient pas confiance à Staline, et n'acceptaient pas pour argent comptant, les préoccupations soviétiques selon lesquelles une puissance étrangère pourrait attaquer la Russie à travers la Finlande. Une puissance étrangère utiliserait justement une telle tactique si elle voulait annexer un pays voisin : faire appel aux impératifs de la défense, demander le placement de forces "limitées" sur son sol et poursuivre le reste lorsque vous en avez l'avantage. Si vous regardez une carte, une flotte attaquante serait anéantie dans la Baltique en passant d'abord devant les pays baltes, puis dans le golfe de Finlande, qui a été miné par les Allemands, les Russes et les Finlandais. Tout ce que Staline avait à faire était de demander à la Finlande d'exploiter sa moitié du golfe de Finlande et de faire quelques autres choses. Il n'était pas nécessaire d'exiger de la Finlande qu'elle compromette ses défenses, cédant son avantage militaire stratégique aux caprices d'une puissance étrangère.

La Finlande n'est pas facile à traverser depuis l'ouest ou l'est, à moins que vous ne traversiez en hiver, ce qui n'est pas facile non plus. Une armée allemande mécanisée aurait autant de mal en Finlande que les Russes. Les Finlandais étaient dans leur élément, comme le lapin dans la bruyère. L'écrivain, comme la direction finlandaise de 1939, pense que Staline l'utilisait simplement comme une excuse, crédible en plus. Mais les Finlandais se méfient traditionnellement des Russes, il n'est donc pas surprenant qu'ils se méfient de ce meurtrier, Staline. Il n'y a absolument aucun moyen que Staline puisse être considéré comme un être humain normal - il était un criminel génocidaire pathologique, mais intelligent, un ami poignardant de Churchill et Roosevelt, qui n'a jamais été puni. C'est l'homme que beaucoup d'autres écrivains veulent croire pour argent comptant.

Staline voulait conclure un marché que les Finlandais ne pouvaient pas refuser : « Dites Finnsky, que diriez-vous de nous tous donner la Carélie, et nous vous dédommagerons plus que par des friches dans le nord. (pas une citation exacte mais l'esprit est là) Les Finlandais ont une capacité étrange à voir à travers les demandes russes qui viennent avec le territoire.


Premiers coups de feu de la guerre Les Allemands ont truqué l'attaque des Polonais
Tactique similaire à celle utilisée par les Soviétiques en Finlande, où les Soviétiques
tiré sur sa propre position. Ni l'un ni l'autre n'est très crédible.

L'attaque des Soviétiques

Le 26 novembre 1939 à 15h00, l'Armée rouge a commencé le feu avec des canons lourds et des mortiers sur leurs propres positions, affirmant que les tirs venaient de Finlande. L'armée finlandaise était à 50 km de la frontière pour empêcher un tel incident, et les hommes étaient alors au culte du dimanche. Le culte de campagne était courant dans l'armée finlandaise, et oui, c'était un culte chrétien, car le politiquement correct n'avait pas encore ruiné le pays. Le 30 novembre 1939, l'armée soviétique a attaqué la Finlande sur tous les fronts avec l'armée, l'aviation et la marine. Helsinki a été bombardée et 91 personnes ont été tuées. On Dec. 1, 1939, a puppet government headed by Finn-hater and Stalin's ghost writer/purge-accuser, Otto Kuusinen, was installed by Stalin in Terijoki.

When the Soviet Union invaded Finland, Antti, the writer's father, was in one of nine divisions of Finns against an army of 600,000 men divided into four main army groups over a 1000 km front. The odds pitted against Finland were so overwhelming that observers abroad expected the Finnish resistance to collapse in a short time because Finland was not well equipped to wage war with Russia in 1939. But the Finnish Army was well trained and they improvised and captured enemy weapons. Unlike the Norwegian army which required 84 days military service, every Finn had to serve a full 365 days. They would need every bit of that training.

By the end of December, 400,000 Russians were dead, wounded, captured or trapped. After many defeats, Stalin was desperate for a victory, so he installed new leaders, changed his tactics, and sent in 1.2 million men with masses of artillery. Finally in March, after Stalin's Red Army, that was coming to "liberate" Finland, had become an embarrassment to Soviet Union, the Finns began secret negotiations for peace.

The war lasted a little over 3 months. By March 1940, the brief but disastrous war was over. It was disastrous for the Soviets because they lost, by some Finnish estimates, close to one million men and for little Finland, especially the Karelian people, because Karelia was lost and over 420,000 people lost their homes, including the writer's parents and grandparents. The stupidity and arrogance with which the Russian campaign was carried out is simply mind-boggling. But the poor infantry troops who were led as sheep to the slaughter deserve our sympathy. Blame it all on the Russian state and Stalin. But United States and Britain must accept their part in all this for turning their backs on Finland, Estonia, Latvia, Lithuania and Poland. For in their enthusiasm to beat Hitler they were willing to sacrifice much, as long as it was not their land. See book

"I had firsthand knowledge of what happened, including the strategic miscalculation on our side. The very day the war with Finland started, I was in Moscow with Stalin. He didn't even feel the need to call a meeting. He was sure all we had to do was fire a few artillery rounds and the Finns would capitulate. Instead, they rejected our terms and resisted. There was a false sense of confidence on our side a few days would pass and we would polish off the Finns. But that didn't happen either. Many of our troops were ground up by the Finns. Stalin lost his nerve after the defeat of our troops in the war against Finland. He probably lost whatever confidence he had that our army could cope with Hitler. Stalin never said so, but I came to this conclusion watching his behavior."

Stalin thought the problem was that his soldiers were poorly motivated, so he had political commissars there to encourage them and to follow them into battle. If they advanced against the Finns, then the Finns shot them down. If they retreated to the rear then the NKVD officers shot them down. They were also told that if they were taken prisoner their families would be arrested. And they themselves would be sent to Siberia or killed upon returning to their homeland.

A book called "Recalling The Past For the Sake of the Future - The Causes, Results and Lessons of World War Two" was published in Moscow in 1985 by Novosti Press. (perhaps a better title would have been "Inventing the Past For the Sake of Socialist Reality") It says the Following:

The Soviet newspaper "Pravda" (Truth) wrote the following on December 4, 1939:


Headlines in the Communist Party newspaper the "Daily Worker" announced on December 1, 1939 "Red Army Hurls Back Invading Finnish Troops."

Some historians have written that Stalin only wanted to move the Finnish border slightly away for the protection of Leningrad, and that Finland was being unnecessarily difficult with the "legitimate defense requirements" of the Soviet Union. This claim has been disproved. If there was ever any doubt that Stalin wanted all of Finland, rather than just a tiny part to protect Leningrad, let the following statement by Khrushchev stand as testimony. This was just after the infamous pact with Hitler. "He (Stalin) said then and there that the document we signed would give us Estonia, Latvia, Lithuania, Bessarabia, and Finland." (pg. 46, Khrushchev Remembers , Jerrold L. Schecter, with Vyacheslav V. Luchkov)

Russian attackers Bogged Down

Terijoki was the "Finnish Riviera" on the Gulf of Finland. With Kilometers of beautiful sand beaches, it was a favorite holiday spot for city folk who lived in Viipuri (Vyborg), the second largest and most cosmopolitan city in Finland. Meeri Saarnio (writer's mother) spent summers there on the Gulf of Finland with her family. During the summer of 1938, powerful spotlights were directed at the Finnish shoreline. They were military maneuvers out of Kronstadt - preparing, foreshadowing, the following year's campaign. Viktor, (Vihtori) Meeri's father cautioned against looking directly at the intense light, which disturbed the peaceful Finnish life. The Russians were already planning their move into Finland, and Stalin had been busy preparing East Karelia between 1937-38 by shooting Karelians and Finns by the thousands. Click Map.

For Antti, life in the Finnish province of Karelia during the 1930's was nice. It was a good place to live and Viipuri was a fun place to be at the age of 19. He met Meeri in the summer of 1939. Because of the free system and hard-working people, it was prosperous, a place where Antti and Meeri wanted to settle down and make a home. But things were about to change drastically, for Stalin and Hitler had other plans.

During the Winter War the Finns lost 25,000 people by fighting the Soviet Union. If they had given in to the Soviet demands, like the three other Baltic States, the chances are that they would have had over 400,000 people killed. It seems that they made the right decision, and at the same time saved the N K V D officers a lot of work. The Winter war was followed by peace, but on June 22, 1941 Soviet Union resumed hostilities with Finland. Because the Soviets broke the peace, the Finns called it the Continuation War.


Vie

Eau Claire - A brilliant, caring, generous husband, father, grandfather, brother and friend departed this world on November 30, 2018.

Jerry Rottier was born Sept. 11, 1939 in De Pere, Wisconsin to Alphonse and Josephine (Vanden Heuvel) Rottier. Growing up the oldest of nine on a dairy farm in De Pere, Jerry was the first from the family to attend college. After receiving his degree from St. Norbert College in 1961 he served in the army for two years. He married Lois Daul in 1963 and taught math at Bellevue, Nebraska High School while Lois finished her degree. He continued his teaching career at Madison, WI schools, and was principal of DeForest High School while working on his Master's Degree.

Upon receiving his PhD in Educational Administration, Jerry went on to lead a distinguished university career which began at Findlay College in Findlay, Ohio and ended at the University of Wisconsin, Eau Claire. As a highly regarded educator he promoted a middle school model that better reflected the unique psychological and intellectual needs of the middle school population and advocated for the practice of team- teaching through his classes, seminars and best-selling educational books for the National Middle School Association. He worked with various schools in the country to improve the teaching methods and delivery model for middle level education.

He and his wife raised three children, Kim, Angie and Mike. His children will always remember his fun-loving sense of humor helpful, hardworking nature love of learning, and entrepreneurial spirit.

He spent the majority of retirement at his homes in Eau Claire, WI and Surprise, AZ enjoying travel, golf, friends and family. He skillfully developed a hobby creating beautiful mosaics which he generously gifted to family and friends until succumbing to Alzheimer's disease.

Jerry is preceded in death by his mother, father, sisters Helen, Carol, Mary, parents-in-law, Leonard and Henrietta Daul and brothers-in-law, David Daul and Ron Rodaer. Surviving Jerry are wife Lois, children Kim (Dan Libby), Angela Jensen and Mike (Dawn) Rottier, 9 grandchildren and 2 great grandchildren, siblings Abe, Ken (Judy), Rick Voell (brother-in-law), Nancy (Gary Goyke), Dan (Frankie) and Dotti (John Mitchell), sister-in-law Barb Rodaer.

We are grateful to the caring aides at the Classic who helped make his final days the best they could be.

In lieu of flowers, memorials may be given in Jerry's name to the St. Francis Food Pantry, 1221 Truax Blvd, Eau Claire, WI 54703, the Alzheimer's Association, 225 N. Michigan Ave, Floor 17, Chicago, IL 60601 or to a charity of the donor's choice.


Cost of Living 1937

How Much things cost in 1937
Average Cost of new house $4,100.00
Average wages per year $1,780.00
Cost of a gallon of Gas 10 cents
Average Cost for house rent $26.00 per month
A loaf of Bread 9 cents
A LB of Hamburger Meat 12 cents
Average Price for new car $760.00
Toothpaste 35 cents
Couple of examples of houses advertised for sale
Port Authur, Texas --- 5 room Cottage home and bath in town center $2,250
Mansfield, Ohio ---- Colonial Brick Home 6 modern rooms and bath with open fireplace in living room $6,000

Below are some Prices for UK guides in Pounds Sterling
Average House Price 540


The History Guy

(Nov. 30, 1939-March 1, 1940)

Soviet Tanks in Finnish Snow

The Winter War: Soviet Attack on Finland (November 30, 1939-March 1, 1940)--Following the German invasion of Poland in September of 1939, the Soviet Union also invaded Poland from the east, seizing Polish territory, and, in effect, establishing a buffer zone between Soviet territory and Germany. As a means of further protecting itself from Germany at the expense of their neighbors, the Soviets also took over the Baltic states of Estonia, Latvia, and Lithuania. The Soviets also sought territory from Finland, and the right to establish military bases on Finnish islands, as well as on the Finnish mainland.

Finland rejected the Soviet demand for Finnish land, and, on November 30, 1939, without a formal declaration of war, the Soviet air force launched aerial bombardment of the Finnish capital of Helsinki as well as the city of Viipuri. That same day, Soviet armies totaling nearly a 1,000,000 men invaded Finland. The Finnish military forces facing the Soviet border only totaled 300,000, and nearly 80 percent of that force was made up of Finnish reservists.

Links and Resources on the Soviet-Finland Winter War:

Kohn, George C. Dictionary of Wars. New York: Facts On File Publications. 1986.

The Battles of the Winter War

The Winter War 1939-1940: Telegrams From Each Day of the Winter War

The Finnish Winter War 1939-1940

Fire and Ice: The Winter War of Finland and Russia --From PBS

Winter War Timeline

The Mannerheim Line

Copyright 1998-2014 Roger A. Lee and 11.22.14


30 November 1939 - History

1700 - 8,000 Swedish troops under King Charles XII defeated an army of at least 50,000 Russians at the Battle of Narva. King Charles XII died on this day.

1782 - The United States and Britain signed preliminary peace articles in Paris, ending the Revolutionary War.

1803 - Spain completed the process of ceding Louisiana to France.

1804 - U.S. Supreme Court Justice Samuel Chase went on trial accused of political bias. He was later acquitted by the U.S. Senate.

1838 - Three days after the French occupation of Vera Cruz Mexico declared war on France.

1853 - During the Crimean War, the Russian fleet attacked and destroyed the Turkish fleet at the battle of Sinope.

1858 - John Landis Mason received a patent for the first pepper shaker with a screw-on cap.

1875 - A.J. Ehrichson patented the oat-crushing machine.

1897 - Thomas Edison's own motion picture projector had its first commercial exhibition.

1906 - George Parker Bidder, President of the Marine Biological Association (UK) released a glass bottle with a message into the North Sea. The bottle spent 108 years and 38 days at sea before it was found on the shores of Germany in 2015.

1928 - General Mills stock debuted on the New York Stock Exhchange.

1936 - London's famed Crystal Palace was destroyed in a fire. The structure had been constructed for the International Exhibition of 1851.

1939 - The Russo-Finnish War began when 20 divisions of Soviet troops invaded Finland.

1940 - Lucille Ball and Cuban musician Desi Arnaz were married.

1949 - Chinese Communists captured Chungking.

1954 - In Sylacauga, AL, Elizabeth Hodges was injured when a meteorite crashed through the roof of her house. The rock weighed 8 -pounds.

1956 - CBS replayed the program "Douglas Edward and the News" three hours after it was received on the West Coast. It was the world's first broadcast via videotape.

1962 - U Thant of Burma was elected secretary-general of the United Nations, succeeding the late Dag Hammarskjold.

1966 - The former British colony of Barbados became independent.

1971 - ABC-TV aired "Brian's Song." The movie was about Chicago Bears' Brian Picolo and his friendship with Gale Sayers.

1981 - The U.S. and the Soviet Union opened negotiations in Geneva that were aimed at reducing nuclear weapons in Europe.

1982 - The motion picture "Ghandi" had its world premiere in New Delhi.

1986 - "Time" magazine published an interview with U.S. President Reagan. In the article, Reagan described fired national security staffer Oliver North as a "national hero."

1988 - Kohlberg Kravis Roberts and Co. took over RJR Nabisco Inc. with a bid of $24.53 billion.

1989 - PLO leader Yasser Arafat was refused a visa to enter the United States in order to address the U.N. General Assebly in New York City.

1993 - U.S. President Clinton signed into law the Brady Bill. The bill required a five-day waiting period for handgun purchases and background checks of prospective buyers.

1995 - President Clinton became the first U.S. chief executive to visit Northern Ireland.

1998 - The Deutsche Bank AG announced that it would acquire Bankers Trust Corp. for $10.1 billion creating the world's largest financial institution.

2001 - For the first time in it's history, McDonald's teamed up with a retail partner on its Happy Meal promotions. Toys R Us provided plush figures from it's Animal Alley.

2004 - In Stockholm, Sweden, the Carl Larsson painting "Boenskoerd" ("Bean Harvest") was sold at auction for $730,000. The work had been in a private collection for more than a century. The Larsson work "Vid Kattegatt" ("By Kattegatt") sold for $640,000 at the same auction.


Voir la vidéo: 30 Novembre 1939 la guerra dinverno (Mai 2022).